Imprimer
Catégorie : Actualite

Le ministre des Affaires religieuses et des  Wakfs, Mohamed Aïssa, a indiqué dimanche à Alger que la réception de la  Grande mosquée d'Alger interviendra à la fin de l'année en cours (2018) ou  "au plus tard" début 2019.

 

Invité au Forum du quotidien "El Moudjahid", le ministre a précisé que "la  réception de la Grande mosquée d'Alger, avec toutes ses structures,  interviendra fin du mois de décembre 2018 ou au plus tard début de l'année  2019", indiquant que "le nom de l'imam qui y officiera, et dont la  désignation sera par décret présidentiel, sera annoncé durant la cérémonie  d'inauguration". Il a fait savoir en outre que le tapis de la mosquée "sera de fabrication  nationale et aura un cachet algérien", ajoutant, à ce propos, que "l'idée  d'un tapis de fabrication iranienne a été écartée en raison de sa cherté  (2500 dollars le mètre carré)". Par ailleurs, le ministre a démenti l'implication d'un quelconque imam  dans l'affaire dite "de Kamel El bouchi", estimant que "ce n'est là que  pures supputations et rumeurs sans fondement". M. Aïssa a indiqué, d'autre part, qu'"aucun Imam ne peut procéder à une  collecte de fonds sans autorisation préalable du wali", soulignant que  "cette opération est régie depuis plusieurs années par des voies légales et  organisationnelles".  Le Ministre a ajouté, dans ce contexte, que le Fonds de la Zakat est  passée de "18 milliards de centimes en 2003 à 145 milliards de centimes en  2017". S'agissant de l'émergence de certaines doctrines, étrangères à la société  algérienne, M. Aïssa a réaffirmé que son département "oeuvrait à la prémunir  la société par la formation et le perfectionnement des Imams", soutenant,  dans ce sens, que "l’Etat saura faire face, par sa législation, à toute  atteinte ou tentative d'atteinte à la référence religieuse nationale". Il a ajouté, par ailleurs, que "seuls 17% des cas d'agression contre les  Imams sont dus à des divergences d'ordre idéologique et que le reste des  cas est d'ordre personnel".  Abordant le phénomène de mendicité, qui se propage devant les mosquées, le  ministre des Affaires Religieuses a fait état d'un chantier, en  collaboration avec le ministère de la Solidarité Nationale, afin de trouver  un dispositif pour la prise en charge de ces individus.

APS