Le prix du panier de référence du brut de  l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a grimpé à 76,02  dollars le baril mardi, contre 75,20 dollars la veille, a indiqué mercredi  l'Organisation sur son site web.

Introduit en 2005, le panier de référence des pétroles bruts de l'Opep  comprend le Sahara Blend (Algérie), Girassol (Angola),Djeno (Congo),  Oriente (Ecuador), Zafiro (Guinée Equatoriale), Rabi light (Gabon), l'Iran  Heavy (Iran), Basra Light (Irak), Kuwait Export ( kuwait), Es-Sider  (Libye), Bonny Light (Nigeria), Qatar Marin(Qatar), Arab Light (Arabie  Saoudite), Murban (UAE) et le Mery (Venezuela). Les cours du pétrole montaient un peu mardi en cours d'échanges européens,  dopés par le risque géopolitique au Moyen-Orient à l'approche d'une réunion  de suivi de l'Opep. Dans l'après midi, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en  novembre valait 77,85 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de  Londres, en hausse de 48 cents par rapport à la clôture de lundi. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet  crude" (WTI) pour le contrat d'octobre prenait 22 cents à 67,76 dollars une   heure après son ouverture. L'écart entre le prix du Brent, référence internationale, et le WTI  américain, se creusait au-dessus de dix dollars pour la première fois  depuis  deux mois et demi. "L'attention des marchés se focalise à nouveau sur la géopolitique, avec  l'attaque du siège de la Compagnie nationale de pétrole libyenne (NOC)"  lundi,  ont commenté les analystes de JBC Energy (Institut de géographie et de  statistiques à Vienne). Par ailleurs, les exportations iraniennes continuent de diminuer en amont  de l'application début novembre des sanctions américaines contre Téhéran  visant  directement son industrie pétrolière. Depuis 2016, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et  d'autres producteurs  non membre de l'IOpep, à leur tête la Russie, se sont entendu en 2016 pour  limiter l'offre afin de soutenir le prix de l'or noir qui avait connu une  baisse continuelle depuis l'été 2014.  Les 24 pays producteurs Opep et non Opep ont convenu le 23 juin dernier à  Vienne de limiter à 100% leur niveau de respect des engagements pris dans  le cadre de l’accord de baisse qui vise à retirer du marché 1,8 million de  barils/jour.  Cet accord Opep-non Opep a été prolongé jusqu'à fin 2018 lors de la  réunion de tenue en novembre 2017.  En juillet dernier, les pays participants à la déclaration de la  coopération ont atteint un niveau de conformité de 109 %. La prochaine réunion du Comité ministériel conjoint de suivi de l'accord  Opep-non Opep (JMMC)  est prévue pour le 23 septembre 2018 à Alger. Lors de cette réunion, le JMMC examinera le plan de suivi des fondamentaux  du marché et des niveaux de conformité pour le reste de l'année 2018, ainsi  que le cadre de coopération à établir en 2019 et au-delà.

R.N