Après la résiliation du contrat portant sur les travaux de réalisation de la raffinerie d’Alger avec le français Technip, Sonatrach serait en négociations avancées avec le sud-coréen Samsung pour la reprise du chantier, à l’arrêt depuis début juin.

C’est ce que rapporte en tout cas le journal électronique TSA. « Sonatrach est proche d’un accord avec Samsung pour remplacer Technip. Les deux parties ont tenu une réunion, dimanche dernier, et Sonatrach a chargé Samsung de négocier avec les sous-traitants », assure le journal qui cite une source proche du dossier. Le groupe Sonatrach a décidé de résilier le contrat de réalisation de la raffinerie d’Alger avec Technip et de lancer une procédure d’arbitrage international contre le groupe français de services pétroliers. Le géant sud-coréen a posé une seule condition. « En échange de la reprise du contrat de la raffinerie d’Alger, Samsung veut obtenir le règlement d’un contentieux financier lié au projet de réalisation de la raffinerie de Skikda qui est actuellement en phase finale », explique notre source. De son côté, Sonatrach veut que le projet soit livré dans les délais, c’est-à-dire au plus tard fin 2016, selon la même source. « Le contrat entre Sonatrach et Samsung est en cours de finalisation », précise notre source. Le groupe Sonatrach avait tenté, dans un premier temps, de poursuivre la réalisation de la raffinerie d’Alger, avec les sous-traitants engagés par Technip. Sans succès. « Les sous-traitants ont refusé les conditions de Sonatrach, c’est-à-dire reprendre les travaux, sans aucune indemnité. Les sous-traitants veulent être indemnisés sur la période d’arrêt des travaux après le départ de Tecnip », précise la même source. H.B.