Les mesures protectionnistes gagnent du terrain  dans le monde et la tendance concerne un grand nombre de pays avancés et  émergents, a estimé mardi la Compagnie française d'assurance pour le  commerce extérieur (Coface).

Dans son nouveau rapport, la Coface prévoit, suite aux mesures  protectionnistes américaines, un effet de contagion sur les partenaires des  pays touchés sera "significatif". Ainsi, le nombre net de mesures protectionnistes mises en oeuvre dans le  monde est aujourd’hui 2,5 fois plus élevé qu’en 2010, a-t-elle relevé. "Dans la plupart des économies avancées (Etats-Unis, Europe de l’Ouest,  Japon, Canada, Australie) et beaucoup de grands émergents (Brésil, 

Argentine, Inde), la part des importations touchées par des mesures  protectionnistes existantes est supérieure à la part de celles bénéficiant  de mesures favorables", a-t-elle précisé, indiquant que plusieurs pays  d’Asie du Sud-Est (Vietnam, Philippines, Cambodge), la Russie et plusieurs  pays d’Amérique latine (dont le Mexique, la Colombie et le Pérou) ne  suivent pas cette tendance. L’utilisation des barrières tarifaires a doublé depuis 2009, avec une 

recrudescence marquée aux Etats-Unis entre 2016 et 2018 et l’effet indirect  de la hausse des droits de douane américains se matérialise en une  diminution des exportations d’un pays partenaire vers le pays touché. D’après la Coface, une hausse de 1 % des droits de douane aux Etats-Unis  correspond à une réduction des exportations du pays partenaire vers le pays  touché par les barrières tarifaires de 0,5% en moyenne, qui met en relief  que parmi les instruments protectionnistes, se distingue la hausse des  droits de douane sur les importations, dont l’utilisation, bien que  minoritaire, a doublé en 9 ans (16 % du total début septembre 2018, contre  8 % en 2009). Le rapport fait ressortir que du fait de la "multiplication continue" du  nombre d’accords commerciaux régionaux, l’abaissement des barrières  tarifaires est aujourd’hui l’instrument le "plus utilisé" pour favoriser le  libre-échange et l’émergence de systèmes de production multinationaux. "La nouvelle ampleur donnée au protectionnisme par la récente hausse des  droits de douane américains fait craindre un choc affectant, par effet de  contagion, les différents acteurs impliqués au sein du réseau de  production", a prévenu le rapport qui a identifié l’existence d’un effet  "négatif indirect" de cette hausse tarifaire sur les exportations de valeur  ajoutée de 12 secteurs d’activité dans 63 pays. Pour la Coface, cet impact indirect est "particulièrement prononcé" dans  le secteur des transports (qui inclut l’automobile) caractérisé par une  chaîne de production multinationale développée, notant que l’Allemagne, le  Japon et les Etats-Unis sont les premiers pays affectés par ces effets  indirects dans le cas de barrières tarifaires américaines sur les  exportations automobiles chinoises. La machinerie, le secteur minier et le papier-bois sont également touchés,  vient ensuite l’électronique sur lequel le Vietnam, la Corée du Sud, le  Japon, Taïwan et la Thaïlande seront les premières victimes de ces effets  indirects de droits de douane américains sur les exportations chinoises de  téléphones, prévoit le rapport qui précise que cet impact indirect est  "plus faible" pour les produits alimentaires et "non significatif" pour les  métaux, la chimie et les produits agricoles.

APS