La Direction générale des forêts (DGF) et  l'Organisation des Nations-Unies chargée de l'alimentation et de  l'agriculture (FAO) se sont engagées, lundi à Alger, à la signature d'une  convention, dans un projet de partenariat visant le développement des micros-entreprises forestières en Algérie.

Il s'agit d'un projet qui s'étalera sur deux (2) ans -de 2018 à 2020-  portant sur le développement des micros-entreprises forestières basées sur  trois (3) Produits forestiers non-ligneux (PFNL), à savoir le romarin  (Rosmarinus officinalis), le caroubier (Ceratonia siliqua) et le pin pignon  (Pinus pinea). Ainsi, la convention stipulant la fourniture par la FAO d'une assistance  technique pour la mise en £uvre de ce projet a été paraphée par le DGF, M.  Ali Mahmoudi et le représentant de la FAO en Algérie, M. Nabil Assaf.   "Il s'agit d'un projet qui se consacre à ces 3 produit principaux, mais  une fois des conclusions tirées, il sera probablement question de à d'autres produits", a indiqué M. Mahmoudi lors de la cérémonie de  signature. Le projet débutera par un diagnostic général et l'étude de ces 3 espèces à  l'échelle nationale pour en évaluer le potentiel exact, a également dit M.  Mahmoudi en précisant que cela se fera à travers un encadrement technique  et des cycles de formation dispensés par la FAO au profit des personnels de  la DGF mais également des partenaires de la filière le souhaitant. Selon les organisateurs, les communautés de base formées par personne exploitant les produits forestiers pour en tirer des profits,  entre producteurs, exploitants de matières premières, fabricants et/ou les  commerçants, seront également parties intégrantes du projet.  M. Mahmoudi a de même signifié que cette coopération impliquait une étude  des textes réglementaires régissant la filière pour en proposer,  éventuellement, des amendements en vue de faciliter l'accès à la ressource. Pour sa part, le représentant de la FAO en Algérie a expliqué que projet visait la création de micros-entreprises forestières à travers la  valorisation des PFNL, et oeuvrera pour leur exploitation de manière  durable.  Pour le renforcement des capacités des populations locales qui voudraient  exploiter ces ressources et intégrer ce projet, "il y aura des formations  sur le principe de l'Approche du développement de marché (ADM)", se basant  sur l'analyse et le développement d'une offre sur le marché, a-t- également fait savoir. Lors de sa présentation, la Coordinatrice nationale du projet en question,  Mme. Khadra Achour a expliqué qu'il en découlera de sa réalisation une  amélioration de la contribution du secteur forestier à l’économie  nationale, du niveau de vie des populations forestières algériennes ainsi  que la lutte contre la pauvreté et d'assurer la gestion durable des forêts. Selon elle, les PFNL constituent une source de produits de subsistance et  de revenus pour les populations riveraines forestières, mais demeurant peu  valorisés. Ainsi, cette coopération entre la DGF et la FAO permettra à terme d'avoir  une étude détaillée sur les filières concernées, avec implication des  promoteurs potentiels parmi les populations forestières, et d'avoir micros entreprises opérationnelles de valorisation des PFNL.   Parmi les objectifs du projet, Mme Khadra a également cité la réalisation  de brochures sur les modalités de création de micros- entreprises, ainsi  que des brochures sur les propriétés médicinales et nutritionnelles de  chacun des 3 PFNL. Il sera également mis sur pied, dans le cadre de cette DGF-FAO, une campagne nationale de promotion des avantages nutritionnels  des PFNL, ainsi que la rédaction de la stratégie de leur promotion, a  t-elle ajouté. Selon ses propos, le projet comporte, en outre, pour finalité la  proposition d’un modèle de partenariat public/privé (PPP) pour la  valorisation des PFNL, et la mise en place d’un comité de pilotage du  projet composé des divers acteurs impliqués dans la valorisation de ressources forestières.

T.A