SecuriteLe ministre des Transports et des Travaux publics  a appelé, hier  à Alger, l’Agence nationale d'études et de suivi des  réalisations ferroviaires (Anesrif) à accélérer le programme de suppression  des passages à niveau du réseau ferroviaire en raison des accidents  provoqués.

Intervenant lors d’un point de presse en marge du séminaire sur "les  passages à niveau: Risques et enjeux humains et matériels", le ministre a  fait savoir que 131 "points noirs", c'est-à-dire les passages à niveau les plus dangereux,  avaient été recensés en collaboration avec les services de sécurité dont la  gendarmerie nationale, précisant que plus de 80 de ces points ont été  supprimés, sachant que le nombre global des passages à niveau sont au  nombre de 650. Selon lui, le reste des suppressions des "points noirs" sera pris en  charge progressivement en fonction de l’enveloppe financière disponible. M. Zaalane a également appelé la Société nationale de transport  ferroviaire (SNTF) à renforcer ses efforts pour assurer la sécurité du  trafic au niveau des passages à niveau. Sur ce point, il a précisé qu’entre 2013 et 2018, il a été enregistré près  de 1.370 accidents au niveau des passages à niveau, qui ont causé 317 décès  et 498 blessés. D'ailleurs, en évoquant le nouveau réseau ferroviaire en cours de  réalisation sur plus de 2.300 km à travers le territoire national, le  ministre a indiqué que les cahiers des charges élaborés à cet effet  comprennent la réalisation de 650 passerelles et l’absence de passages à  niveau. "Cela réduira le nombre des victimes et les coûts de prise en charge des  effets de ces incidents (assurance sociale des victimes, indemnisations...)  et des réparations matérielles", a-t-il avancé. Présent à ce séminaire, le P-dg de la SNTF, Yassine Bendjaballah, a  indiqué qu’outre l’amélioration de la sécurité du trafic, la suppression  des passages à niveau permet aux trains de rouler à des vitesses plus  élevées et, ainsi, de réduire le temps de transport des voyageurs et des  marchandises. "La suppression des passages à niveau évite aux trains des arrêts répétés  tout au long de leurs trajets", a-t-il expliqué. Par ailleurs, questionné par les journalistes sur les perturbations du  trafic ferroviaire enregistrées mercredi matin suite à un mouvement de  protestation des salariés de la SNTF, M. Bendjaballah a affirmé que ce  mouvement "n'a pas excédé une demi-heure", assurant qu'une rencontre entre  la direction et les salariés aura lieu jeudi pour évoquer leurs  revendications. "Nous n'avons pas connu de grève depuis deux ans. Ce qui démontre que le  dialogue est permanent et qu'il y a une réelle prise de conscience des  salariés sur l'intérêt de privilégier le dialogue", a-t-il relevé. Pour rappel, ce colloque clôt une campagne nationale d'une semaine  organisée par la SNTF sur la sensibilisation sur les risques liés à la  traversée des passages à niveau. Menée sous le slogan "Stop: Priorité absolue au train", cette campagne a  été ponctuée par une opération Portes ouvertes d'une semaine au niveau des  gares ferroviaires d'Alger, de Constantine, d'Annaba et d'Oran ainsi qu'un  travail de proximité pour la sensibilisation au niveau des passages à  niveau les plus fréquentés, des établissements scolaires et des  auto-écoles.

A.A