Le film documentaire "Algérie vue du ciel" du réalisateur français Yann Arthus Bertrand a été projeté en plein air lundi soir à l’esplanade de Ryadh el Feth en ouverture du cycle de projections "Ciné madina" pour la ville d’Alger.

Organisé par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturelle (Aarc) en collaboration avec les directions de la Culture des wilayas, cet événement se poursuivra jusqu’au 22 du mois en cours avec la projection de longs métrages algériens dont "Parfums d’Alger" de Rachid Benhadj, "Titi" de Khaled Barkat ou encore "Abdelkader" documentaire de Salem Brahimi. Ce cycle qui vise à rapprocher le cinéma du grand public en investissant des lieux à forte fréquentation s’est déroulé dans de bonnes conditions de projection sur écran géant gonflable- devant une centaine de spectateurs, des familles entières, dont la majorité se rend souvent dans ce lieu de détente. 87 mn durant, Algérie vue du ciel propose un voyage à travers l’Algérie sous le prisme des caméras haute définition embarquées sur hélicoptère offrant au spectateur des images époustouflantes de toutes les régions du pays commentées par Yazid Tizi.  Les villes de Constantine, Sétif, Oran et Tlemcen sont survolées par l’objectif de Yann Arthus Bertrand qui ira s’attarder à quelques mètres d’altitude des sites de Djemila, Timgad, les gorges du Roufi et la vallée du M’zab avant de s’engouffrer dans l’Oasis rouge, l’Ahaggar et le Tassili N’Ajjer des passages qui ont particulièrement ébloui les spectateurs. Cette initiative n’a pas manqué de raviver chez certains la nostalgie "des projections en plein air et des ciné bus qui sillonnaient les quartiers de la capitale dans les années 1960 et 1970", confient des spectateurs, ravis de trouver des loisirs "plus instructifs et plus divertissants".     La ville d’Alger avait également accueilli la caravane "Ciné plage", un cycle de projection cinématographique en bord de mer qui s’est déroulé sur la plage de la localité de Bordj El Kiffane entre le 10 et le 17 août et qui a souffert de quelques insuffisances logistiques devant être assurées par la commune. Depuis le 20 juillet dernier les caravanes "Ciné Madina" et "Ciné Plage" ont organisé des cycles de projections en plein air dans six villes côtières et une trentaine d’autres villes de l’intérieur et du sud du pays avec la programmation de cinq longs métrages de fiction et deux films documentaires.  Inauguré lundi soir à Alger, le cycle "Ciné Madina" se poursuivra jusqu’au 21 août à l’esplanade de Ryadh el feth avec encore au programme "Parfums d’Alger" de Rachid Benhadj, "Titi" de Khaled Barkat, "Harraga blues" de Moussa Haddad, "Le puits" de Lotfi Bouchouchi et "Abdelkader" documentaire de Salem Brahimi. APS