Les participants au Forum international sur le Renforcement des capacités de gouvernance ont souligné mardi à Alger la "nécessité" de fonder la bonne gouvernance sur une action publique de qualité, tout en mettant l’accent sur l’implication de toutes les parties prenantes.

 Dans son intervention à l’occasion de ce Forum de deux jours ayant réuni des experts algériens et étrangers, le vice-président Europe de l’Association internationale des écoles et instituts d’administration (AIEIA), Vincent Poitier, a souligné la nécessité de fonder la bonne gouvernance sur une action publique de "qualité", tout en mettant l’accent sur l’implication de toutes les parties prenantes, aussi bien au sein du pouvoir que de la société civile. Pour M. Poitier, également directeur général du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT, France), l’action publique de qualité permet de mettre en place une stratégie à même d’améliorer constamment la gouvernance et répondre ainsi aux attentes des citoyens. A cet effet, il a souligné l’importance d’assurer une formation de qualité à l’agent public lequel est, a-t-il précisé, le premier à veiller à une action publique à la hauteur des attentes des citoyens. Soulignant que la bonne gouvernance est perçue comme "une garantie d’une stabilité sociale à même de cimenter la force d’une nation", M. Poitier a mis l’accent sur la formation et le facteur humain, à savoir assurer une formation appropriée à l’agent public qui a un contact direct avec les citoyens. De son côté, M. Pieter Mein, professeur à Maastricht school of management (Pays-Bas), a abondé dans le même sens quand il a appelé à renforcer les capacités de gouvernance pour améliorer les prestations du service public, expliquant qu’il était impératif et nécessaire de trouver des solutions auxquelles sont confrontés quotidiennement les citoyens comme l’emploi, la santé, la justice, l’approvisionnement en eau. Il a également appelé à lutter contre les nombreux fléaux qui gangrènent les sociétés de par le monde, tels que la corruption et la bureaucratie, estimant que l’amélioration de la qualité du service public passe par l’esprit de responsabilité que doivent prôner les fonctionnaires et les agents publics. Pour sa part, le directeur général adjoint et professeur à la l’Académie nationale chinoise de la gouvernance (CNAG), Shiming Song a évoqué le rôle de conseil de l’Académie dans la prise de décisions en Chine, mettant ainsi en exergue "les acquis de la bonne gouvernance" dans son pays. Pour rappel, le Forum international sur le Renforcement des capacités de gouvernance, organisé par le  ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire en partenariat l’Académie nationale chinoise de la gouvernance (CNAG) se déroule à Alger hier et aujourd’hui. Il a pour objet de bâtir un réseau mondial de partenariat et à identifier et explorer les prochaines étapes de la coopération bilatérale et multilatérale en matière de partage de connaissances et de renforcement des capacités de gouvernance, a-t-on indiqué auprès du ministère de l’Intérieur. Considéré comme une occasion pour le développement des liens de partenariat avec des partenaires nationaux et étrangers, ce forum permettra aussi de riches échanges autour de la gouvernance, dans le cadre du renforcement du partenariat algéro-chinois.

  1. B.