L'Union européenne (UE) et le Centre du commerce international (CCI) contribuent avec la Commission de l'Union africaine (UA) à la création du nouvel observatoire africain du commerce, a indiqué l'UE dans un communiqué publié sur son site web.

"Il s'agit d'un pilier essentiel de la zone de libre-échange continentale", a souligné le communiqué, en affirmant que l''UE participe à la création de l'observatoire à hauteur de 4 millions d'euros issus du programme panafricain. "Le nouvel observatoire africain du commerce est un pas de plus vers la mise en place de la zone de libre-échange continentale africaine, qui aidera le continent à exploiter son potentiel économique", a déclaré à cette occasion le commissaire européen, Neven Mimica. Il a précisé que ce nouvel observatoire fournira à l'Union africaine, aux pays africains et au secteur privé des données et des statistiques essentielles au bon suivi du commerce continental et à l'élaboration de politiques fondées sur des données concrètes. L'observatoire collectera des données et analysera les flux d'échanges transfrontières en Afrique, palliant ainsi l'absence actuelle d'informations et de statistiques fiables et actualisées. Ces informations seront mises à la disposition des décideurs politiques et des parties prenantes, notamment des opérateurs économiques. Elles leur permettront de détecter des débouchés prometteurs et faciliteront le suivi effectif de la mise en place de la zone de libre-échange continentale africaine, ainsi que de ses retombées ultérieures. La zone de libre-échange continentale africaine est l'une des grandes priorités du programme 2063 pour l'Afrique et un projet emblématique pour le continent. Elle prévoit un marché des biens et des services continental unique et la libre circulation des personnes et des investissements. Son but est de doper les échanges intra-africains en les faisant passer de 13 %, leur niveau actuel, à 25 % des échanges ou plus au cours de la prochaine décennie, ce qui contribuera à la croissance économique et aura pour effet d'attirer des investissements à la fois d'Afrique et du reste du monde. L'UE fournira l'aide technique à l'Afrique en matière de création d'un marché intérieur. "Elle soutient la zone de libre-échange continentale africaine depuis sa création, en 2015, et reste déterminée à soutenir sa ratification et sa mise en œuvre", ajoute le communiqué. Selon l'UE, le soutien à la zone de libre-échange continentale africaine constitue l'un des piliers de l'alliance Afrique-Europe pour un investissement et des emplois durables, récemment lancée, qui vise à approfondir les relations économiques et commerciales entre l'Afrique et l'Europe. "L'UE a alloué il y a peu 50 millions d'euros au soutien à la zone de libre-échange continentale africaine pour la période 2018-2020", a rappelé la même source. Un premier projet d'un montant de 3 millions d'euros a été lancé en décembre 2018 avec la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (CEA) afin d'élaborer des stratégies nationales de mise en œuvre pour la zone continentale de libre-échange. En 2018 déjà, l'UE a mobilisé 5 millions d'euros pour aider les pays africains à mettre en œuvre des règles internationales en matière de douanes et de facilitation des échanges et à les faire appliquer, en concertation avec l'Organisation mondiale des douanes, a ajouté la même source.

A.A