Le prix du panier de quatorze pétroles bruts, qui sert de référence à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a augmenté  à 66,30 dollars le baril mardi, contre 66,01 dollars, a indiqué hier l'Organisation pétrolière sur son site web.

 Introduit en 2005, le panier de référence de pétrole brut de l'Opep (ORB) comprend actuellement le Sahara Blend (Algérie), Girassol (Angola), Djeno (Congo),Oriente (Equateur), Zafiro (Guinée Equatoriale),Rabi light (Gabon), Iran Heavy (Iran),Basra Light (Irak), Kuwait Export ( Koweït), Es-Sider (Libye), Bonny Light (Nigéria), Arab Light (Arabie saoudite), Murban (Emirats arabes unis) et Mery (Venezuela). Le même jour, les cours de l'or noir ont été soutenus par les baisses de production de brut, volontaires en Arabie saoudite et liées à une panne de courant massive au Venezuela, même si de nouvelles prévisions des autorités américaines ont freiné l'enthousiasme des investisseurs. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a terminé à 66,67 dollars à Londres, grappillant 9 cents par rapport à la clôture de lundi. A New York, le baril de la référence américaine, le WTI pour le contrat d'avril, a pris 8 cents pour clôturer à 56,87 dollars. Lundi, l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial, produit encore moins que l'objectif établi par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires en décembre, et un responsable du royaume a affirmé que les exportations ne remonteraient pas en avril. D'autre part, le réseau électrique vénézuélien est affecté depuis cinq jours par une panne géante qui a notamment pour conséquence la mise au point mort des exportations de pétrole du principal port du pays. Membre fondateur de l'Opep, le pays avait déjà vu son offre limitée par des sanctions américaines contre le groupe pétrolier national PDVSA. Ce ralentissement involontaire de la production vient s'ajouter aux efforts de limitation des exportations volontaires de l'Opep. L'Opep et ses partenaires appliquent un accord de limitation de leur production, renforcé depuis début janvier, qui a fait grimper les prix sur cette période. Une réunion des pays de l'Organisation pétrolière et ses partenaires, dont la Russie est attendue pour  les 17 et 18 avril à Vienne afin d'estimer si leur politique de réduction de la production engagée depuis début janvier doit être maintenue ou amendée. Elle sera précédée par la treizième réunion du Comité ministériel conjoint de suivi de l’accord Opep/non-Opep (JMMC) à Bakou (Azerbaïdjan) le 18 mars prochain.

  1. B.