Le Premier ministre, Noureddine Bedoui, a  affirmé jeudi à Alger, que les portes du dialogue seront ouvertes à toutes  les composantes dans la société "sans exclusion, sans exception et sans  exclusion" pour faire face à la situation "sensible" que traverse le pays. 

 

Dans une conférence de presse qu'il a animée conjointement avec le  vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra,  au centre international des conférences (CIC), M. Bedoui a fait part de son  engagement à travailler "avec abnégation" pour être à la "hauteur des  attentes exprimées par les citoyens", ajoutant que les portes du dialogue  seront ouvertes à toutes les composantes dans la société pour "s'écouter et  se concerter mutuellement et travailler ensemble, loin de toutes les  sensibilités".  Soulignant que l'Algérie vit un "moment historique" marqué par une  dynamique politique "particulière, pacifique et civique", M. Bedoui s'est  dit "confiant" quant à la participation de toutes les tendances politiques  et les forces vives du pays à la prochaine conférence inclusive en vue  œuvrer ensemble à la concrétisation des aspirations du peuple algérien. Il a relevé, à ce propos, que cette dynamique a "impressionné le monde de  par son caractère pacifique, qui illustre le civisme et la maturité du  peuple algérien" et à laquelle le président de la République a répondu  "immédiatement" en appelant à la "nécessité de travailler ensemble, de manière sérieuse et  honnête, et unir les efforts des enfants de ce pays pour répondre aux  préoccupations du peuple".  Face à la conjoncture actuelle, le Premier ministre a mis l'accent sur la  nécessité de faire preuve de sagesse et de lucidité afin de préserver la  confiance entre les Algériens et faire face à ceux qui veulent "semer le  doute". Il a rappelé que l'Algérie est "au-dessus de tout", appelant plus  particulièrement les jeunes algériens à rester fidèles au message des  martyrs qui se sont sacrifiés pour l'indépendance de l'Algérie. M. Bedoui a invité, par la même occasion, les citoyens à se serrer les  rangs pour faire de l'Algérie un pays "fort et stable" et aller de l'avant  vers "un avenir meilleur consacrant l'Etat de droit".

APS