Une convention de coopération est en passe d'être signée entre le ministère de l'Environnement et des énergies renouvelables et l'Ambassade des Pays- Bas en Algérie, dans le domaine de la de gestion des déchets, a indiqué dimanche à Alger la ministre du département en question, Fatma Zohra Zerouati.

L'Algérie et l'Ethiopie se sont accordées à promouvoir leurs relations bilatérales, notamment dans le domaine commercial, a affirmé lundi à Addis-Abeba le Premier ministre, Ahmed Ouyahia.

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, participe actuellement à Dubaï aux travaux du 4ème Forum Arabe sur les Finances Publiques et du 7ème Sommet Gouvernemental Mondial, a indiqué lundi le ministère des Finances dans un communiqué.

Les prix des céréales européennes étaient à l'équilibre lundi à la mi-journée, après un rapport mensuel du ministère américain de l'Agriculture plutôt stable publié vendredi.

Plus de 820 millions de dons pour le Nouvel An chinois ont été effectués via internet, selon la première plateforme du pays WeChat, démontrant que la tradition ancestrale d'échanger des enveloppes de liquide passe de plus en plus par la voie électronique.

Le ministre des Travaux Publics et des Transports, Abdelghani Zaalane a  annoncé, dimanche à Alger, la réception en mars ou avril prochains du premier navire appartenant à un opérateur privé dans le cadre de l'ouverture du fret maritime des marchandises aux opérateurs privés.

Le président Bouteflika a annoncé dimanche qu’il initierait «dès cette année», s’il est élu, une conférence nationale inclusive qui aurait pour objectif l’élaboration d’une «plateforme politique, économique et sociale»  voire «proposer un enrichissement profond de la Constitution».

Le renforcement de la coopération algéro-espagnole dans le domaine universitaire et la recherche scientifique a été passé en revue lors d'un entretien entre le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, et l'ambassadeur du Royaume d'Espagne à Alger, Fernando Moran Calvo-Sotelo.

 

Quatre-vingt-douze (92) orpailleurs ont été interceptés samedi dans des opération distinctes, menées à Tamanrasset, In Guezzam et Djanet, par des détachements de l’Armée nationale populaire (ANP) qui ont également saisi (22) détecteurs de métaux et d’autres objets, indique dimanche le ministère de la Défense nationale (MDN) dans un communiqué.

"Dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée, des détachements de l’Armée nationale populaire, ont intercepté, le 9 février 2019, lors d’opérations distinctes menées à Tamanrasset, In Guezzam (6e Région militaire) et Djanet (4e RM), quatre-vingt-douze (92) orpailleurs et saisi trois (3) camions, quatre (4) véhicules tout-terrain, vingt-et-une (21) motos, (36) groupes électrogènes, (18) marteaux piqueurs, (22) détecteurs de métaux et d’autres objets", précise la même source . D’autre part, un détachement de l’ANP "a arrêté, à El Oued (4e RM), un contrebandier à bord d’un camion chargé de (36,890) Tonnes de blé tendre", tandis que des éléments de la Gendarmerie nationale "ont appréhendé, à Tiaret (2e RM), trois (3) individus en leur possession trois (3) fusils de chasse et une quantité de munitions". Par ailleurs et, dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine, des Garde-côtes "ont déjoué, à Béni-Saf (2e RM), une tentative d’immigration clandestine de dix-sept (17) personnes à bord d’une embarcation de construction artisanale", rapporte également le communiqué.

APS

 

A partir de 2030, l’Algérie devrait mobiliser quelque 4,3 milliards de mètres cubes d’eau, contre les 3,3 milliards consommés actuellement, pour répondre aux besoins de sa population.

Les performances enregistrées par EMS Algérie, filiale Courrier et Colis express d'Algérie Poste, durant l’année 2018, ont connu une progression "substantielle" pour l'ensemble des indicateurs, lui permettant d’être classé à la 63ème place parmi les 198 pays membres de la coopérative EMS pays, indique dimanche un communiqué du ministère de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique.

 

Le taux de chômage en Algérie a atteint 11,7% en septembre 2018, contre 11,1% en avril 2018, soit une augmentation de 0,6 point entre ces deux périodes, mais une stagnation par rapport à septembre 2017 (11,7% également), a appris hier l'APS auprès de l'Office national des statistiques (ONS).

L'Union européenne (UE) et le Centre du commerce international (CCI) contribuent avec la Commission de l'Union africaine (UA) à la création du nouvel observatoire africain du commerce, a indiqué l'UE dans un communiqué publié sur son site web.

 

L’Office National de l’Assainissement (ONA) participe à la quinzième édition du Salon International des Equipements, de Technologies et des Services de l’Eau et de l’Environnement " SIEE- Pollutec ", qui se tient du 11 au 14 février 2017 à la Société Algérienne des Foires et Exportations "SAFEX", Pins Maritimes, Alger.

 

D'importantes quantités de pluies ont été enregistrées à travers le territoire national depuis début janvier, avec des précipitations "records" dans certaines régions du pays, particulièrement l'Est, confirmant les prévisions hivernales annonçant des cumuls au-dessus de la normale, avec plus de 85% de probabilité, relève le Centre climatologique national (CCN).

Le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni a estimé, à Alger, que l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire  était un choix stratégique pour l'Algérie, aux fins de diversification des sources d'énergie à même de garantir l'avenir des générations montantes.

Le 4ème Forum arabe sur les finances publiques et le 7ème Sommet gouvernemental mondial se tiennent du 9 au 12 février à Dubaï (Emirats Arabes Unis) en présence du ministres des Finances, Abderrahmane Raouya, a indiqué le ministère dans un communiqué.

La politique de remboursement par anticipation de la dette extérieure algérienne, mise en place au cours de la dernière décennie, a permis à ce pays de "mieux résister" aux chocs économiques, estime la Banque africaine de développement (BAD) dans un rapport présenté vendredi en marge du 32e sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba.

"La politique de réduction de la dette extérieure, mise en place par l'Algérie au cours de la dernière décennie, et ses importantes réserves de change, malgré leur diminution, permettent à ce pays de mieux résister aux chocs économiques", précise le document présenté par la Commission de l’Union africaine (UA) et la Banque africaine de développement et intitulé "Perspectives économiques de l'Afrique". Il est à rappeler que le processus de remboursement par anticipation de la dette extérieure algérienne, décidé par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, avait démarré en 2004, s’est accéléré en 2005 et c’est en 2006 que des réductions les plus importantes ont été enregistrées, entrainant ainsi la réduction de la dépense extérieure en intérêts sur la dette, l'amélioration de l'appréciation économique extérieure du pays et le renforcement de la sécurité financière. La BAD relève, en outre, que "l'infrastructure, la position géographique, la diaspora, le marché intérieur et la dotation en ressources naturelles de l’Algérie fournissent les atouts nécessaires pour transformer et diversifier son économie". Selon le rapport, la croissance du PIB réel "atteint 2,5 % en 2018 contre 1,4 % en 2017, principalement en raison de la croissance du secteur hors hydrocarbures (5,2 %) et de l’importance des dépenses budgétaires (36,7 % du PIB)". Les estimations et projections de croissance algérienne pour 2018-2020, basées sur l’hypothèse prudente d’un secteur des hydrocarbures "faible" et d’un secteur non hydrocarbures "en légère amélioration", "sont de 2,7% en 2019 et de 1,9% en 2020". "La diminution projetée en 2020 est due en partie à une politique budgétaire plus restrictive -à partir de 2019, les dépenses publiques diminueront- afin de réduire le déficit budgétaire, qui de 5,3% du PIB en 2018 devrait passer à 5,0% en 2019 et à 4,7% en 2020", estime-t-on. La BAD relève, en outre, que la Banque d’Algérie, "confrontée à la contraction des dépôts bancaires depuis 2015, a repris son refinancement et stimule le marché monétaire interbancaire en réduisant les réserves obligatoires et en réglementant mieux les marchés des capitaux", tout en estimant que "l’inflation reste sous contrôle avec 4,8 % en 2015, 6,4 % en 2016 et 5,6 % en 2017". Le rapport de la BAD met en lumière les perspectives économiques et les projections de croissance de l’ensemble du continent africain. Il offre des prévisions à court et moyen termes sur l’évolution des principaux facteurs socio-économiques tels que l’emploi, et fait le point sur les défis et les progrès enregistrés. Le rapport est "largement" utilisé pour étayer les décisions politiques et améliorer l'efficacité opérationnelle des institutions, selon la BAD. La BAD est notée triple-A par toutes les grandes agences de notation internationales et bénéficie de solides notations en matière environnementale, sociale et de gouvernance.

Les performances économiques de l’Afrique "continuent de s’améliorer"

Les performances économiques de l’Afrique "continuent de s’améliorer" avec un taux de croissance du PIB estimé à 3,5 % en 2018, un taux comparable à celui de 2017, mais en hausse par rapport à 2016 (2,1 %), selon un rapport présenté vendredi à Addis-Abeba par la Banque de développement africaine (BAD) en marge du 32e sommet de l'Union africaine (UA). La croissance économique africaine devrait "s'accélérer dans les années à venir pour atteindre 4% en 2019 et 4,1% en 2020", estime la BAD, dans son rapport de 2019 sur les perspectives économiques en Afrique présenté par la Commission de l’UA et la Banque africaine de développement. Il est relevé que la croissance économique africaine, "même si elle est plus élevée que celle des autres pays émergents et en développement, demeure néanmoins insuffisante pour faire face aux défis structurels que constituent les déficits courants et budgétaires persistants et la vulnérabilité de la dette". Pour la BAD, le défi consiste, ainsi, "à améliorer la trajectoire actuelle de la croissance et la rendre plus créatrice d'emploi". Selon les perspectives économiques en Afrique pour l'année 2019, la stabilisation macroéconomique et les résultats en matière d'emploi "sont meilleurs lorsque l'industrie tire la croissance, ce qui suggère que l'industrialisation et un vecteur puissant de création rapide d'emplois. "Or, les économies africaines se sont désindustrialisées", regrette la BAD, qui fait remarquer que des changements structurels sont certes en cours à travers la montée en puissance du secteur des services qui se caractérise par l'informalité, sa faible productivité et son incapacité à créer des emplois décents. Dans ce sens, la banque estime que la décision des dirigeants africains de 2018, de s'industrialiser et créer de la valeur ajoutée pour son abondante richesse naturelle permet "d'éviter le piège de l'informalité et le chômage chronique".

S.A.

 

Le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, a affirmé hier à Bechar, que le secteur de l’industrie "commence réellement à contribuer au développement du pays".

Un projet de loi portant sur les crimes financières est présenté mardi devant l’Assemblée populaire nationale (APN), par le ministre de la Justice garde des sceaux, Tayeb Louh, annonce-t-on.