Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a reçu, hier à Alger, les membres de l'Instance nationale de dialogue et de médiation (INDM), conduite par son coordonnateur, Karim Younes, lequel lui a remis le rapport final de l'Instance relatif au processus de dialogue et de médiation engagé avec les partis politiques, les représentants de la société civile, les personnalités nationales et des représentants du Hirak populaire, indique un communiqué de la Présidence de la République.

 A cet effet, "le coordonnateur de l'INDM a présenté un exposé sur les conditions dans lesquelles s'est déroulé le processus de dialogue et de médiation, lors duquel l'Instance a reçu 23 partis politiques et 5670 associations nationales et locales, en sus de plusieurs personnalités nationales". M. Karim Younes a présenté "les points essentiels du rapport de l'Instance", insistant en particulier sur "les résultats du dialogue, ainsi que les propositions et recommandations formulées par les parties consultées, ayant fait l'objet d'un large consensus". Il s'agit, a-t-il poursuivi, de propositions traduites en deux projets de textes législatifs, le premier modifiant et complétant la loi organique portant régime électoral, et le second portant création d'une autorité nationale indépendante chargée des élections". Après avoir écouté l'exposé, le chef de l'Etat a félicité les membres de l'Instance pour le travail accompli, saluant "leur engagement et leur altruisme et le courage dont ils ont fait preuve lors de l'accomplissement de leur noble mission au service du pays, et ce en dépit des restrictions et des difficultés rencontrées". Exprimant sa satisfaction "du climat de liberté et de transparence ayant marqué le processus du dialogue", M. Bensalah a fait savoir que l'Etat "a tenu l'engagement de ne pas intervenir dans ce processus". "Le processus du dialogue, qui a impliqué différentes parties de la société, notamment des représentants du monde politique, de la société civile et des militants associatifs, a abouti à une convergence de vues sur l'impératif de se diriger vers une élection présidentielle dans les plus brefs délais, en tant que seule solution pratique et démocratique à même de faire sortir le pays de la situation actuelle", a-t-il soutenu, ajoutant qu'elle est la solution tant réclamée à plusieurs occasions. Le chef de l’Etat a salué, également, l’accompagnement et la valorisation de cette approche par l’institution militaire depuis le lancement de  ce processus, et ce à travers les allocutions du Général de Corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP). A cet effet, le Chef de l'Etat a pris connaissance des recommandations contenues dans le rapport de l'INDM et les projets de textes proposés, dont il s'est engagé à les soumettre, dans les plus brefs délais, au pouvoir législatif pour approbation", se disant convaincu que ces propositions contiennent suffisamment de garanties pour l'organisation d'une élection présidentielle "remplissant les conditions de crédibilité et de transparence de manière à ne pas remettre en cause ses résultats, ce qui est à même de donner son véritable sens à la volonté populaire pour élire, en toute liberté et souveraineté, la personnalité à laquelle sera confiée la mission de conduire le pays". "Suite aux échanges de vues sur la manière de concrétiser les propositions contenues dans le rapport de l'INDM concernant la création d'une autorité nationale indépendante chargée des élections, le chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah a appelé M. Karim Younes à poursuivre ses efforts et à mener les consultations nécessaires pour former et installer cette autorité indépendante", a indiqué un communiqué de la Présidence de la République.

  1. B.