Le Cercle d'action et de réflexion autour de l'entreprise (Care) organise, aujourd’hui à l’hôtel Sofitel (Alger), une rencontre-débat animée par Dr Craig Van Grasstek, professeur à Harvard Kennedy School (USA) et expert reconnu des politiques d’échanges extérieurs et du système commercial multilatéral.

 

 « Pour une économie algérienne fortement marquée par un déséquilibre persistant de sa balance des paiements depuis la chute brutale des prix pétroliers en 2014, l’urgence de réformes structurelles internes est maintenant tout à fait établie, avec en perspective l’enjeu majeur de la diversification de ses échanges extérieurs et de son intégration plus harmonieuse dans le système commercial mondial » relève Care .   Ces réformes, longtemps reportées, vont devoir être conduites dans un contexte de crise financière aiguë au plan interne. Au plan externe, le contexte est marqué quant à lui par des contentieux économiques et commerciaux opposant les plus grands acteurs mondiaux et notamment les USA, la Chine et l’Union européenne, ce que de nombreux analystes présentent comme les prémisses d’une guerre commerciale potentielle dont les retombées pourraient se traduire par une récession sévère de l’économie mondiale.  A ces tensions, s’ajoutent les critiques sévères que les USA adressent à l’institution qui régule les échanges mondiaux, l’OMC, dont ils menacent de bloquer le fonctionnement au cours des prochains mois. Pour l’Algérie, le besoin de diversifier ses échanges extérieurs pose la question du devenir de sa relation économique avec les USA, un partenaire  commercial majeur qui devient lui-même de moins en moins dépendant de ses importations d’hydrocarbures. Dès lors, quelles perspectives réelles s’offrent à elle pour attirer des IDE américains sur son territoire ?  Quelle importance devrait être accordée au dossier de son accession à l’OMC, en tant que pays mono-exportateur d'une matière première non renouvelable? Quel est le statut réservé au sein de l'OMC au commerce des hydrocarbures? Quelle importance accorder au volet de la protection des droits de la propriété intellectuelle?   Le Dr Craig Van Grasstek est sans doute l’une des personnes les mieux qualifiées pour répondre à toutes ces questions et pour introduire ce débat d’un grand intérêt pour l’auditoire algérien, qu’il s’agisse de représentants officiels, de chefs d’entreprises ou d’analystes économiques.  « Par-dessus tout, son intervention offrira, pour tous les acteurs économiques nationaux, une excellente opportunité de commencer à s’interroger sur certaines des contraintes auxquelles devra faire face, demain, la politique économique et commerciale extérieure de notre pays » estime Care. Dr Craig Van Grasstek a été reçu dimanche par le ministre du Commerce, M. Said Djellab.  Le ministre du a appelé, le partenaire américain à contribuer à l'accroissement du volume des exportations hors hydrocarbures de l'Algérie, particulièrement dans les domaines des produits agroalimentaires et du tourisme, notamment après la suppression de la règle 51/49, a indiqué un communiqué du ministère. Lors de la réunion qui s’est tenue, en présence de l'ambassadeur des Etats-Unis en Algérie, John Desrocher, M. Djellab a mis l'accent sur l'importance de bénéficier de l'expérience américaine en matière d'export, les Etats-Unis étant l'un des premiers fournisseurs du marché algérien, et d'ouvrir de nouvelles perspectives de partenariat en vue de booster la croissance économique dans le cadre de la stratégie du gouvernement visant à réguler les équilibres de l'économie nationale,  préserver les réserves de change et à promouvoir le commerce algérien. Le ministre a évoqué plus particulièrement les propositions relatives à la concrétisation des investissements américains dans le Sud algérien, notamment en ce qui concerne les décisions du gouvernement portant création des zones d'activités dans les wilayas frontalières.          L'expert américain, en visite en Algérie du 20 au 23 octobre, a affirmé, pour sa part, que l'Algérie était un partenaire économique important pour les Etats-Unis en Afrique du Nord, ajoutant que son pays œuvrait à honorer ses engagements vis-à-vis de la partie algérienne en boostant et en accompagnant l'investissement et le partenariat à travers les consultations des experts en la matière. De son côté, l'ambassadeur américain a exprimé son souhait de voir se concrétiser la volonté des opérateurs économiques de son pays d'accéder au marché algérien au vu de l'attractivité du climat d'affaires en Algérie.

  1. s.

 

Ooredoo présente ses vœux à la presse algérienne

Ooredoo marque la Journée nationale de la presse, célébrée le 22 octobre 2019, et présente ses vœux de réussite et de prospérité à l’ensemble de la famille de la presse nationale.  Dans son message de vœux à la presse nationale, le Directeur Général de Ooredoo M. Nikolai Beckers a déclaré : « A l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la presse, je tiens au nom de Ooredoo à présenter nos vœux de succès aux professionnels des médias algériens. La diversité du paysage médiatique algérien constitue, aujourd’hui, une richesse pour l’Algérie. Ooredoo qui a toujours œuvré à promouvoir ses liens avec les médias algériens, tous supports confondus, réitère son engagement à renforcer davantage ce partenariat. » Pionnière dans la promotion du partenariat avec les médias algériens, Ooredoo a initié de nombreux projets inédits en direction des professionnels du secteur des médias.  Il s’agit notamment de son concours Media Star qui est à sa 13ème édition et son club de presse créé en 2006 et dans le cadre duquel plus d’une soixantaine de formations ont été dispensées au profit des professionnels des médias traitant des différentes thématiques utiles à l’exercice de leur métier.