Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Cherif Omari a révélé, jeudi à Alger, que des mesures pratiques avaient été prises pour la réalisation du plus grand nombre possible de silos de céréales avant le début de la prochaine campagne moisson-battage.

Présidant une réunion avec les membres du bureau exécutif du Conseil national interprofessionnel de céréaliculture, M. Omari a rappelé les grands objectifs s'inscrivant dans le cadre de la stratégie nationale pour le développement de la filière des céréales, notamment la réduction des importations, la maîtrise de la production et de la productivité et la modernisation des systèmes de production, en recourant à la science, à la recherche et à l'innovation. Il a appelé les membres du Conseil à élargir la représentation des différents acteurs de ladite filière au sein du Conseil notamment les transformateurs et ce dans l'objectif d'investir dans l'augmentation et l'amélioration de la production nationale des céréales, exhortant le Conseil et les cadres du ministère à accélérer la réalisation de projets pilotes pour l'utilisation des énergies renouvelables dans la production des céréales notamment dans le Sud, en sus de la modernisation du système de financement agricole. Pour leur part, les membres du conseil ont salué la volonté politique de l'Etat d'accompagner les professionnels dans le développement de la filière des céréales. Ils ont demandé l'intensification et le renforcement de l'accompagnement technique des agriculteurs et la réactivation des stations des instituts techniques et de recherche proches des régions de production. Lors de cette rencontre, le ministre a débattu avec les membres du bureau exécutif de la filière de plusieurs thèmes liés à la filière et aux résultats accomplis la saison précédente ainsi que les divers projets lancés pour améliorer la performance de la filière, à l'instar de l'élargissement des capacités de stockage, l'irrigation complémentaire, la mécanisation, la recherche scientifique, la formation, l'organisation et autres. Lors de cette réunion tenue au terme des travaux de l'assemblée générale du bureau exécutif du conseil à laquelle ont assisté des cadres du ministère, M. Omari a mis l'accent sur l'importance que revêt cette filière stratégique en matière de sécurité alimentaire et de développement socioéconomique, sachant que 600.000  agriculteurs produisent des céréales qui occupent 50 % des surfaces agricoles.

Omari examine avec les éleveurs les voies et moyens de relancer la filière

Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Cherif Omari a reçu, jeudi au siège du ministère, les représentants des éleveurs et propriétaires de chevaux de différentes wilayas du pays avec lesquels il a évoqué plusieurs questions relatives à la relance et au développement de la filière de l'élevage équin, indique un communiqué du ministère. Lors de cette rencontre à laquelle étaient présents également des cadres du ministère, M. Omari a écouté les préoccupations des éleveurs et propriétaires de chevaux et leurs propositions visant à trouver des solutions adéquates aux problèmes rencontrés par l'éleveur, ainsi que les mécanismes à mettre en place pour relancer cette activité agricole à dimension historique, culturelle, sociale et économique dans plusieurs wilayas du pays, précise la même source. Soulignant la disponibilité des autorités publiques à accompagner les professionnels de cette filière sur tous les niveaux, le ministre les a appelé à s'organiser au sein de coopératives agricoles en vue de faciliter les opérations d'accompagnement et d'encadrement, notamment en ce qui concerne la santé animale et l'amélioration des races. Le ministre a insisté, en outre, sur l'impératif de moderniser cette activité à travers la numérisation pour favoriser la transparence dans la gestion et accélérer l'application des mesures prises par les autorités publiques en faveur des éleveurs et des professionnels, ainsi que l'importance de valoriser cette activité pour créer une plus value à l'économie nationale. Le ministre de l'Agriculture a donné des instructions pour élaborer une feuille de route avec la contribution des professionnels, notamment les éleveurs de chevaux afin de développer cette filière en se basant sur le restructuration de l'Office national de développement des élevages équins et camelins ainsi que l'organisation des éleveurs.

N.A