Le directeur général de la Chambre algérienne de la pêche et de l'aquaculture (CAPA), Abdelhakim Lazaar a indiqué, lundi à Alger, que le secteur de la pêche et de l'aquaculture s'orientait vers la fabrication, localement, du matériel d'aquaculture afin de réduire les importations.

Cette stratégie vise à baisser le niveau des importations de ces produits qui sont essentiels dans les activités d'aquaculture, à travers l'établissement de partenariats entre les entreprises nationales et privées avec les instances et commissions internationales pour acquérir l'expérience nécessaire leur permettant, à l'avenir, de fabriquer ces matériels localement, a déclaré M. Lazaar à l'APS. Dans le même sillage, le DG de la CAPA a mis en avant l'impact de ces mesures sur le développement des projets dans les filières liées aux activités de la pêche et de l'aquaculture à l'intérieur du pays, ce qui ouvrira d'autres horizons aux opérateurs économiques et investisseurs dans le secteur, citant à titre d'exemple, la production des alevins, des aliments destinés aux poissons, outre les cages flottantes d'autres matériels nécessaires pour cette activité. "La maîtrise de la fabrication des outils entrant dans cette activité est primordiale pour mieux maitriser le marché", a-t-il insisté, mettant en avant les avantages pour les professionnels en matière de création de nouvelles activités liées directement à la filière, a-t-il estimé. Il a rappelé la signature dimanche d'une lettre d'intention entre la CAPA et le Comité régional des pêches et des élevages marins des Pays de Loire (COREPEM) dans le cadre de la stratégie régionale de coopération entre les pays afin que les professionnels de la pêche et de l'aquaculture puissent bénéficier d'une expérience internationale ainsi que du transfert des technologies modernes, outre le renforcement de la gouvernance. Il est prévu le renforcement de la coopération en terme d'expériences pilotes entre le CAPA et le COREPEM, a-t-il annoncé, ajoutant que les deux parties ont convenu d'organiser une rencontre ultérieurement pour discuter le détail de cette coopération. Les développements qu'a connus le secteur, ces dernières années, ainsi que les capacités considérables dont il regorge en tant que levier du développement de l'économie nationale appellent de la part des responsables un accompagnement aux professionnels en terme d'expertise et de nouvelles technologies, a-t-il ajouté. Concernant les préoccupations des professionnels, notamment les petits pécheurs, le DG de la CAPA a rappelé que les rencontres consultatives tenues récemment avec d'autres secteurs, tels que les Transports, les Ressources en eau et l'Emploi...etc ont donné lieu à l'installation de plusieurs groupes de travail qui veilleront à identifier les problèmes et leur chercher des solutions. La CAPA a adopté un plan d'action pour les années à venir visant à l'amélioration de la productivité et l'encouragement des professionnels à doubler d'effort pour la relance de cette filière et garantir un produit à la portée du simple citoyen, a assuré M. Lazaar. Le ministre de la Pêche et des productions halieutiques, Sid Ahmed Ferroukhi avait demandé au président de la CAPA de tenir une série de rencontres consultatives au niveau local en vue d'analyser la situation du secteur et de proposer des solutions que chaque catégorie professionnelle du secteur jugera réalistes et réalisables à court et à moyen termes, en prenant en compte les défis du secteur.

R.N