Imprimer
Catégorie : Energie

Depuis plusieurs mois et en particulier en ce début du mois d’avril 2020, où le développement de la pandémie du COVID-19 occupe les esprits des citoyens et des décideurs du monde entier par sa gravité, la société « Industries Médico-chirurgicales » IMC est visée de par une campagne de dénigrement et de harcèlement selon une méthode propre aux réseaux sociaux.

Ainsi, voilà qu’un blogueur défavorablement connu, profite de ce moment pour reprendre ses attaques haineuses et malveillantes envers la société algérienne IMC.

Si jusque-là, le groupe IMC a souhaité ne pas répondre aux multiples provocations de ce personnage déjà condamné par la justice algérienne pour ses propos diffamatoires , celui-ci a franchi une ligne rouge en propageant de fausses informations

En plus d’allégations fallacieuses de détention de monopole, l’auteur, dans l’une de ses interventions évoque la société GENOTECH pensant avoir découvert une architecture commerciale mise en place à des fins de contournement de la réglementation algérienne Ces allégations, sans preuve, ni fondement appellent un démenti immédiat.

En fait, la société IMC, acteur  majeur  de l’industrie pharmaceutique algérienne en matière de fabrication de médicaments injectables, de sérums et de dispositifs médicaux hospitaliers, dans le cadre de sa démarche permanente de qualité de ses produits et de sécurité des patients, a très tôt adopté et instauré les normes européennes au sein de ses unités de production (certification ISO, et adéquation aux normes CE).

Le label européen a permis l’accès de ses produits à l’exportation et vers la conquête de marchés extérieurs.

L’une des exigences de la norme européenne est la présence sur son sol d’un représentant du fabricant quand le produit est fabriqué hors union européenne.

Ce représentant ou mandataire assume les aspects réglementaires auquel est tenu le fabriquant face à l’autorité de santé du pays hôte en matière de disponibilité des dossiers techniques, sécurité des patients, rappels de lots etc…, endossant ainsi toute la responsabilité pharmaceutique du fabricant. Comme le constatent tous nos partenaires, le nom de GENOTECH apparait sur tous les emballages des produits marqués CE que nous fabriquons et commercialisons.

L’auteur, qui se prétend professionnel de l’investigation bénéfice, selon les recoupements observés dans la presse électronique, de l’accompagnement de deux médecins spécialistes, l’un établi en France, l’autre exerçant dans le secteur public en Algérie dont l’objectif implicite, de leurs circonvolutions  malsaines, est de privilégier l’importation au détriment de la production nationale.

Le cas d’IMC n’est pas isolé… d’autres entreprises algériennes font l’objet de menaces de la part de ce bloggeur. Aussi, compte tenu de ce qui précède, le groupe IMC ne laissera quiconque l’intimider ou le dénigrer et se réserve le droit d’engager toutes les démarches, notamment judiciaires, pour la préservation de ses droits, au regard des propos (écrits et vidéos), repris par certains réseaux sociaux.