Imprimer
Catégorie : Energie

travauxLe vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, a présidé jeudi à Alger les travaux de la 12ème réunion des ministres de la Défense des pays membres de l'Initiative "5+5".

Cette rencontre, qui clôture la présidence algérienne de "5+5" durant l'année 2016, a réuni les représentants des pays membres de l'Initiative à savoir l'Algérie, la France, l'Italie, la Libye, Malte, la Mauritanie, le Maroc, le Portugal, l'Espagne et la Tunisie. Dans une allocution d'ouverture, Gaïd Salah a exprimé les salutations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale aux ministres des pays membres, soulignant l'importance qu'il accorde à ce cadre de dialogue privilégiant le renforcement des liens de coopération dans la région. Cette réunion représente "une étape qualitative importante dans la consolidation de notre coopération et confirme l'intérêt que nous portons tous au dialogue 5+5 ainsi que notre engagement à poursuivre les efforts en faveur d'une coopération coordonnée et solidaire, dans la transparence, la franchise et le respect mutuel pour la paix et la stabilité dans la région", a-t-il déclaré. Le général de corps d'armée a souligné que l'Initiative "5+5 Défense" est un "pari sur l'avenir" du fait de la pérennité du forum, de la vision partagée des pays membres sur la sécurité dans la région et de la qualité des relations humaines qui ont été tissées à travers les activités organisées. Depuis le lancement de l'Initiative en 2004, "nous constatons avec satisfaction, un intérêt réel et une volonté commune des pays riverains de la Méditerranée occidentale pour asseoir une concertation stratégique couvrant des domaines d'intérêt commun", a-t-il relevé, affirmant que l'Algérie "est bien évidemment profondément attachée à cette Initiative, à ses principes fondateurs et aux mécanismes engagés pour apporter des réponses concrètes aux menaces qui guettent notre région et auxquelles nous devons faire face ensemble". Pour le vice-ministre de la Défense nationale, ce forum "constitue un cadre unique d'expression d'une solidarité régionale, conçue dans la logique d'une démarche partagée et dans une perspective de mutualisation des actions autour d'intérêts communs". "C'est dire que la coopération que nous portons est un gage sur l'avenir en considération de sa pérennité, de la vision partagée sur les questions de sécurité et sur la qualité des relations humaines construites dans un climat de confiance et de compréhension", a-t-il poursuivi.        Le général de corps d'armée a abordé la situation sécuritaire dans la région, la lutte contre le terrorisme, le crime organisé sous toutes ses formes, l'immigration clandestine et a mis l'accent, à ce sujet, sur la détermination de l'Algérie et sa disponibilité à faire de la région une zone de paix et de stabilité.        "Ainsi, face aux menaces qui se profilent, les pays membres de l'Initiative ont donné toute sa dimension à ce partenariat en terme d'actions, tout d'abord grâce à notre résolution et notre détermination à renforcer nos capacités d'anticipation et d'évaluation des menaces et défis dans la région, particulièrement le terrorisme, le crime organisé transfrontalier, les trafics d'armes et de drogue, la traite des êtres humains, l'immigration illégale et les flux migratoires, dont les conséquences sont bien souvent dramatiques", a souligné le chef d'état-major.        "En effet, le contexte régional et international connaît, ces dernières années, des mutations géopolitiques complexes à l'origine de nouveaux risques et vulnérabilités dans notre périmètre géographique, qui appellent de notre part une étroite consultation et une coopération plus dense entre les différents partenaires régionaux", a-t-il noté.        Il a estimé que "cela confirme, si besoin est, la pertinence de notre Initiative en tant que cadre flexible, qui a porté dès le départ, l'ambition d'une démarche collective à asseoir la sécurité et la stabilité, car les risques et vulnérabilités qui affectent notre espace géographique impactent directement les pays qui le partagent".         Il a mis en évidence le bilan de l'Initiative "5+5 Défense" et celui de l'Algérie depuis 2004 ainsi que le bilan de ses activités exécutées durant les dernières années, rappelant également la stratégie adoptée par l'Algérie dans la lutte antiterroriste et contre la criminalité organisée transnationale.        "Il importait d'abord de vaincre militairement ce fléau et le réduire à un niveau de simple nuisance. Ensuite des mesures politiques courageuses, décidées par le président de la République, ont ouvert la voie à la repentance, grâce à la loi relative à la Concorde civile, suivie de la Charte pour la paix et la Réconciliation nationale massivement plébiscitée par le peuple algérien en 2005", a expliqué le vice-ministre de la Défense nationale.        "Enfin, des mesures économiques particulières en direction de la jeunesse, couplées à un programme de réappropriation du champ religieux et de déradicalisation ont permis de prémunir notre peuple et surtout notre jeunesse, contre la propagande terroriste, ses modes de recrutement et de poussée vers l'extrémisme", dira-t-il.        De leur côté, les représentants des pays de l'Initiative ont, dans leurs allocutions, présenté un bilan succinct des activités réalisées au cours de l'année 2016 par leurs pays respectifs, mettant l'accent sur leur engagement face à la lutte contre le terrorisme, le crime organisé et l'immigration clandestine.        Ils ont également fait part de leur intérêt pour le partage d'informations dans le domaine de la sécurité, tout en valorisant la contribution de l'Algérie à l'effort de développement de l'Initiative "5+5 Défense".         Par la suite, le directeur du pôle de recherche du Centre euromaghrébin d'études et de recherche stratégiques, Rachid Houdaigui, a présenté la synthèse des travaux de l'étude sous le thème "Daech: facteurs d'expansion rapide vus de l'espace 5+5".         De son côté, le secrétaire général du ministère de la Défense nationale, le général-major Mohamed Zenakhri a présenté le plan d'action de l'année 2017 pour être soumis à l'approbation des ministres de la Défense de l'Initiative, qui ont procédé par la suite à la signature de la déclaration conjointe qui vient couronner l'année de la présidence algérienne et présenté les axes des activités prioritaires devant être considérées durant l'année prochaine, dont la présidence tournante sera assurée par la France.        Par la suite, les membres des délégations ont suivi un documentaire dur les activités exécutées par l'Algérie dans le cadre de l'Initiative. Dans son allocution de clôture, le général de corps d'armée, Gaïd Salah s'est félicité de "l'excellente atmosphère à la fois amicale, chaleureuse et conviviale", qui a caractérisé les travaux de la réunion, en valorisant "l'entière disponibilité" des pays membres à oeuvrer ensemble "pour faire plus et mieux", ce qui "dénote de l'intérêt qu'accorde chaque pays partenaire aux questions qui influent sur la sécurité de la Méditerranée occidentale et renseigne aussi de l'esprit de solidarité qui anime les pays membres face aux menaces et défis

de la région".

APS