La Bourse de Paris faisait du surplace ("0,04%) à mi-séance, le marché peinant à trouver une tendance au début d'une semaine sans actualité, en raison des fêtes de fin d'année. A 12H07 (11H07 GMT), l'indice CAC 40 gagnait 2,07 points à 4.841,75 points dans un volume d'échanges très peu fourni de 340 millions d'euros.

Vendredi, l'indice avait fini en progression de 0,10% à 4.839,68 points. La cote parisienne, qui est restée fermée durant trois jours pour les fêtes de Noël, a rouvert quasiment stable mardi matin, et n'a pas réussi ensuite à prendre de l'élan, faute d'événements pour animer la session. "Il y a très peu de monde et pas de nouvelles susceptibles de faire bouger les marchés dans un sens ou dans l'autre", relève auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamant Bleu Gestion. Les investisseurs restent néanmoins attentifs aux informations venues d'Italie, où l'exécutif a annoncé la semaine dernière la mise en oeuvre d'un plan non chiffré de sauvetage pour la banque en difficulté Monte dei Paschi di Siena (BMPS), le plus vieil établissement bancaire au monde. Selon la BMPS, la Banque centrale européenne a demandé un plan de sauvetage de 8,8 milliards d'euros pour l'établissement, alors que cinq milliards d'euros de recapitalisation étaient jugés nécessaires jusqu'à présent. Du côté des indicateurs, l'agenda est essentiellement américain, avec les prix des logements en octobre aux Etats-Unis, et surtout la confiance des consommateurs en décembre. Au Japon, les prix à la consommation ont affiché en novembre leur neuvième mois de repli d'affilée en comparaison annuelle, tandis que la consommation des ménages a baissé de 1,5% en novembre sur un an. Sur le plan des valeurs, le secteur pétrolier et parapétrolier était globalement mal orienté, à l'image de Total (-0,22% à 48,26 euros), CGG (-0,74% à 13,47 euros) et Technip (-0,12% à 67,77 euros). A l'inverse Vallourec prenait 1,38% à 6,39 euros. Engie était stable ("0,08% à 12,06 euros), après l'annonce de la vente à la Pologne de sa centrale à charbon de Polaniec pour 250 millions d'euros. EDF reprenait 0,93% à 9,77 euros après que l'électricien a annoncé que trois réacteurs nucléaires, qui devaient redémarrer d'ici la fin de l'année, attendront finalement la deuxième semaine de janvier pour être remis en service. Nexans était soutenu ("1,39% à 49,74 euros) par l'annonce d'un contrat d'environ 300 millions d'euros pour la fourniture de câbles électriques au Qatar. Airbus cédait 0,70% à 62,46 euros, sans profiter de l'annonce par le loueur d'avions BOC Aviation, filiale de Bank of China, d'une commande ferme de cinq monocouloirs A320, pour un montant de 490 millions de dollars au prix catalogue. Eurofins progressait ("0,56% à 403,15 euros), après avoir annoncé l'acquisition de la société brésilienne Analises Ambientais (ASL), un fournisseur de services d'analyses dans le domaine environnemental.

AFP