Un protocole d'accord entre l'Association des banques et des établissements financiers (Abef) et le Centre national de registre du commerce (CNRC) a été signé hier à Alger, en vertu duquel les informations financières et commerciales des entreprises sont désormais accessibles aux banques par le portail électronique Sidjilcom.

 Le document a été paraphé par le directeur général du CNRC, Mohamed Slimani, et le président de l'Abef, Boualem Djebbar, en présence du ministre des Finances, Hadji Babaami, et du ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de la ville et ministre du Commerce par intérim, Abdelmadjid Tebboune, et du ministre délégué, chargé de l'Economie numérique et de la modernisation des systèmes financiers, Mouatassam Boudiaf. Ce protocole d'accord fixe ainsi les modalités de souscription d'abonnements au portail électronique Sidjilcom par les banques et les établissements financiers. Ce portail permet la consultation en ligne du répertoire national des commerçants (personnes physiques et morales) qui comprend plus de 1,7 million inscrits au registre du commerce, ainsi que les états financiers des sociétés et le bulletin officiel des annonces légales (Boal). La base des données des actes de nantissements, la nomenclature des activités économiques soumises à inscription au registre du commerce ainsi que le fichier national des dénominations et noms commerciaux peuvent également être consultés à travers Sidjilcom. Ce nouveau dispositif technique permet ainsi aux banques et établissements financiers d'authentifier leurs clients et de mieux contrôler leurs dossiers de financements bancaires. "Il s'agit d'une collaboration à caractère préventif contre les fausses déclarations en vue de lutter contre la fraude", a expliqué M. Slimani soulignant que "cette démarche participera à l'émergence d'une économie nationale saine et transparente". "C'est un procédé dynamique et interactif et surtout fiable car l'information est mise à jour et obtenu en temps réel", a-t-il fait savoir. Qualifiant ce nouveau dispositif de "saut qualitatif", M. Djebbar a relevé, de son côté, que l'utilisation de Sidjilcom par les banques et les établissements financiers allait sensiblement réduire les délais de traitement des demandes de crédits et améliorer la qualité du service. Cette démarche s'inscrit, a-t-il poursuivi, dans le cadre du processus global de modernisation qui a déjà permis aux banques des interconnexions avec les bases de données des administrations des impôts et des douanes. Dans ce sens, l'Abef compte également signer prochainement des accords avec la Caisse nationale des assurances sociales (Cnas), la Caisse nationale de sécurité de sécurité sociale des non salariés (Casnos) et la Caisse nationale des congés payés et du chômage intempéries des secteurs du BTPH (Cacobapth) pour lui permettre d'accéder à leurs bases de données, a avancé M. Djebbar.

H. B.