p16Un programme de coopération algéro-européen pour  le développement des zones rurales a été lancé hier à Alger dans le but de  la redynamisation de ces régions par des activités productives. 

 Appelé Programme d'action pour le développement rural et de  l'agriculture en Algérie (PAP-ENPARD-Algérie), ce projet est d'un coût de  20 millions d'euros financé à parts égales par l'Algérie et l'Union  européenne (UE).   Ce programme vise à conforter la stratégie de diversification de l'économie algérienne et de redynamisation des territoires ruraux par des  activités productives en vue de l'augmentation des revenus et de l'emploi, a expliqué le chef de la délégation européenne en Algérie, John O'Rourke,  lors d'un séminaire consacré au lancement officiel de ce projet de  coopération.   "Nous voudrions contribuer dans la diversification de l'économie  algérienne, qui est un enjeu majeur actuellement pour l'Algérie et un des  objectifs de l'Accord d'association, par l'appui au développement des zones  rurales", a-t-il avancé.   Ce programme, qui vient en complément avec d'autres projets de coopération  bilatérale, vise aussi à pallier les difficultés engendrées par les  phénomènes de l'exode vers les villes et de la baisse de la part de  l'agriculture dans le PIB des pays à l'instar de l'Algérie, a souligné le  diplomate européen.   La redynamisation des zones rurales sur le plan économique et social se  fera non seulement à travers le développement de l'agriculture et de  l'agroalimentaire, mais aussi par le biais d'autres activités génératrices  de revenus tels l'artisanat, la valorisation des produits du terroir et le  tourisme.   Initié dans le cadre de l'initiative européenne ENPARD visant à appuyer  les pays du voisinage en matière de politique agricole et rurale, ce  programme sera mis en oeuvre dans quatre wilayas pilotes: Ain Temouchent, Laghouat, Sétif et Tlemcen.   Le choix de ces régions potentielles a été fait dans le cadre d'un projet  d'étude en collaboration avec la partie européenne pour la valorisation des  sous-produits agricoles et ruraux.    "Nous avons introduit également l'écotourisme qui est important pour le  développement de certaines régions comme Tlemcen. Cette wilaya est en train  de développer au niveau de son parc national des activités touristiques que  nous sommes en train de réglementer et de valoriser", a indiqué le  directeur général des forêts, Abdelmalek Abdellatif.   Tlemcen dispose également d'un potentiel agricole "important" dont la  culture de la cerise, un produit de terroir qui a été choisi par ce  programme en vue de la réhabilitation et de la structuration de cette  filière.    Il s'agit notamment de la création de coopératives et d'associations en  vue d'arriver à la labellisation de ce produit et d'autres que recèle cette  région de l'ouest algérien, selon le même responsable.   Pour la wilaya de Laghouat, les projets ciblés sont la réhabilitation de  palmeraies, la production de miel en développant notamment le jujubier  ainsi que la réhabilitation du pistachier d'Atlas, a précisé le  conservateur des forêts de cette wilaya ,Abdellatif Kacem.    A Ain Temouchent, le programme touchera la structuration des organisations  agricoles et non agricoles, le renforcement des capacités des agriculteurs.     Cette wilaya a exprimé des besoins de développer l'artisanat,  l'écotourisme et la valorisation des produits dérivant des forêts telles  les plantes médicinales et la culture de champignons, selon Sid Ahmed  Benacer, qui est le point focal du projet dans cette wilaya.   Reposant sur des approches innovantes, le PAP-ENPARD permettra dans ces  wilayas pilotes de mettre en place un processus participatif pour  l'identification de projets de développement durable, de mettre en valeur  des produits et des ressources locaux et l'amélioration de leur qualité en  vue de leur mise sur le marché ainsi que le renforcement de la  communication et de l'information sur les initiatives entrepreneuriales des  acteurs locaux, explique-on encore   D'une durée de quatre (4) années, le programme a démarré en septembre 2016  avec la réalisation des diagnostics territoriaux dans les quatre wilayas  pilotes, alors que l'exécution du premier plan de travail annuel devrait  commencer en avril en cours.

A.M.