p2Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Ramtane Lamamra a appelé dimanche à Alger l'Union Européenne à s'impliquer davantage en matière d'investissements directs dans le pays afin d'établir "l'équilibre" dans les relations économiques entre les deux parties.

"L'Algérie a assuré un approvisionnement énergétique régulier de l'Europe durant plus de quatre décennies, sans jamais faillir à ses engagements, elle attend en contrepartie du partenaire européen de reconnaître cette position et de faire de cette relation stratégique un élément qui puisse pousser ce partenariat vers des niveaux plus hauts de confiance mutuelle", a-t-il préconisé lors d'une conférence de presse conjointe avec la Haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, vice-présidente de la Commission européenne, Federica Mogherini. "Ensuite, la reconnaissance (européenne) pour la position algérienne doit se traduire avec des investissements européens qui soient à la hauteur, notamment dans le domaine de l'énergie et de l'industrie pétrochimique", a soutenu M. Lamamra. L'engagement de l'Algérie envers l'Europe en tant que fournisseur énergétique fiable "devrait être pris au sérieux (par l'UE)" en veillant à ce que la relation économique entre les deux parties soit "équilibrée", a-t-il insisté. Il a souligné que ces points, déjà étudiés par les deux parties, seront encore une fois débattus lors de la deuxième rencontre de haut niveau Algérie-UE, prévue mardi à Bruxelles et qui vise le renforcement des relations dans le domaine de l'énergie conformément aux dispositions du mémorandum d'entente sur l'établissement d'un partenariat stratégique entre les deux parties, signé en 2013. Lors de cette réunion annuelle de haut niveau, qui se tient alternativement à Alger et à Bruxelles, le ministre de l'Energie, Noureddine Boutarfa, et le commissaire européen chargé de l'action pour le climat et de l'énergie, Miguel Arias Canete, examineront le partenariat stratégique Algérie-UE ainsi que les perspectives, les priorités et les activités futures notamment en matière de facilitation des investissements dans l'exploration et la production de gaz naturel en Algérie, a indiqué dimanche le ministère de l'Energie. La rencontre portera également sur les énergies renouvelables, l'efficacité énergétique et l'organisation de forums d'affaires, selon le ministère. M. Lamamra a enfin rappelé que la 10ème session du Conseil d'Association Algérie-UE, tenue le13 mars dernier à Bruxelles, a permis de donner un "nouvel élan" à la coopération entre les deux parties, en estimant, dans ce cadre, que la première visite de Mme Morgherini en Algérie en 2015 avait été "très importante ayant permis de lancer une évaluation commune de l'Association algéro-européenne en vue de s'assurer que ce partenariat allait dans le sens de l'esprit qui régnait lors des négociations autour de l'accord d'Association". De son côté, Mme Mogherini, qui achevait une visite officielle de deux jours en Algérie où elle a été reçue par plusieurs hauts responsables algériens, a fait part de la "disponibilité de l'Union Européenne à accompagner l'Algérie dans son processus de diversification économique notamment en ce qui concerne la compétitivité, l'amélioration de l'environnement des affaires, la création d'emplois et d'entreprises et le partenariat avec des opérateurs européens". "Ce sont des domaines dans lesquels l'UE a beaucoup d'expertise et elle a tout l'intérêt à accompagner l'Algérie dans son effort de diversification économique", a-t-elle dit. Elle a rappelé que les deux parties avaient "travaillé très intensément durant les 18 mois (suivants sa première visite en Algérie) pour donner un "élan particulier et rénové" au partenariat entre l'UE et l'Algérie, avec l'évaluation de l'accord d'association. "Nous avons élaboré une feuille de route pour améliorer la mise en œuvre de l'accord et nous avons approuvé en mars dernier les priorités communes pour notre partenariat pour les prochaines années", s'est-elle réjouie. Dans une déclaration dimanche à l'APS, M. Arias Canete a salué la qualité et la densité du partenariat stratégique algéro-européen dans le domaine de l'énergie, reconnaissant que l'Algérie constituait un fournisseur "fiable" et "majeur" de l'Europe et "un partenaire clé" de l'UE tant au niveau bilatéral qu'au niveau régional. Troisième fournisseur de l’Europe en gaz, derrière la Russie et la Norvège, "l'Algérie est un fournisseur majeur de l'Europe, un fournisseur qui a toujours été fiable, même dans les périodes difficiles", a-t-il affirmé.

H. B.