Sept marchés de proximité dédiés à la vente de  différents produits de large consommation, comme les viandes (rouges et  blanches), fruits et légumes ainsi que différents produits alimentaires aux  prix de "gros", seront ouverts à partir du 12 mai prochain, au niveau de la  wilaya d'Alger, à l'occasion du mois de Ramadhan, a affirmé, lundi à Alger,  le directeur du Commerce de la wilaya d'Alger Karim Gueche.

 

S'exprimant lors d'une rencontre avec le directeur de l'Agriculture Noui  Bouaziz et les membres de la Commission des Finances et de l'Economie de  l'Assemblée populaire de la wilaya d'Alger (APW/Alger), en préparation du  mois de Ramadhan, visant, dans son ensemble, à oeuvrer au maintien de la  stabilité des prix lors du mois sacré, M. Gueche a indiqué que  "l'ouverture, pour la 1ère fois, dans la wilaya d'Alger, de 7 marchés de  proximité (au nombre de 3 marchés auparavant) à des prix de gros a pour but  principal de lutter contre la spéculation afin d'empêcher la hausse des  prix".   Les sept marchés seront répartis, respectivement sur les localités  suivantes: 1er mai (dans le hall du siège de l'Union générale des  travailleurs algériens (UGTA)), la place Kettani de Bab El Oued (300  participants), la commune de Baraki (80 participants), la commune de Bab  Ezzouar (50 participants), la commune de Birtouta (40 participants), la  commune d'Ain Benian (100 participants), et la commune d'El Harrach (50  participants) au niveau de la nouvelle cité de Kourifa. Ces marchés ouvreront leurs portes à partir de 09:00 jusqu'à 18:00 pendant  le mois de Ramadhan, a-t-il précisé, rappelant que "la wilaya d'Alger  dispose, en général, de 98 marchés destinés à la vente de différents  produits".  Pour ce qui est de la disponibilité du lait durant le mois de Ramadhan, le  responsable du commerce a fait état de la prise de toutes les mesures  visant à garantir l'approvisionnement en cette matière dont le quota a été  élevé à 20%.  Dans le même contexte, il a ajouté que la production de lait s'élève,  actuellement, à 800.000 litres/jour, et atteindra, a-t-il dit, au cours du  mois de Ramadhan, 1 million de litres/jour, en vue de répondre aux besoins  des Algérois  Quant à la fluctuation de l'approvisionnement en lait, au niveau de la  wilaya d'Alger, le directeur du Commerce a indiqué que cela "est du au  problème de distribution de cette matière, ajoutant que toutes les mesures  ont été prises pour résoudre définitivement ce problème".  Le directeur de l'agriculture de la wilaya d'Alger, Noui Bouaziz, a fait  état de "l'élaboration d'une carte relative aux laiteries et distributeurs  assurant une distribution équitable de ce produit sur tout le territoire de  la wilaya pour mettre fin à la pénurie". En vue de s'assurer que les prix n'augmentent pas dans cette période, 332  brigades de contrôle ont été déployés, dont 210 spécialisées dans le  contrôle des prix et la répression des fraudes ayant pour mission le  contrôle de ces marchés, a indiqué le directeur du commerce de la wilaya  d'Alger, rassurant que "les fruits et légumes seront disponibles durant le  mois de Ramadhan". "La quantité des légumes mis en vente dans les marchés algérois dépasse la  demande des citoyens", a-t-il avancé, soutenant qu'en 2017 les quantités de  légumes disponibles ont dépassé la demande des citoyens de 126%. Le  responsable a annoncé que les marchés seront alimentés de 320 tonnes de  pomme de terre durant la première semaine du mois de ramadhan. La production d'autres légumes comme les courgettes et les tomates  augmentera à partir de la même période. En ce qui concerne la filière légumes, 1200 tonnes seront disponibles le  moi de mai grâce à l'agriculture des serres. Le directeur général des marchés de gros de fruits et de légumes des  Eucalyptus et de l'abattoir d'Hussein-Dey, Réda Attab a fait savoir que le  marché de gros des Eucalyptus ouvrira ses portes la nuit pour assurer la  disponibilité des différents produits. L'abattoir d'Hussein-Dey consacrera  plus d'espace à ses personnels pour assurer pour garantir une grande  quantité de viandes, a-t-il ajouté. Suite à cette présentation, les membres de la Commission des finances  relevant des directions du Commerce et de l'Agriculture, ont appelé à un  contrôle "strict" tout au long du moi sacré de manière à ce que les prix  n'augmentent pas, soulignant l'impératif  "d'imposer des sanctions fermes à  l'encontre des contrevenants". Ils ont appelé également à "l'éradication des marchés parallèles qui sont  à l'origine de la spéculation et à la création des marchés au niveau des  nouvelles cités", soulignant à ce propos "la nécessité de l'application de  ces mesures visant la stabilité des prix tout au long de l'année".

APS