Le ministre des Affaires étrangères et des Wakfs,  Mohamed Aissa a affirmé, lundi à Alger, que la Commission nationale de  l'observation du croissant lunaire "est indépendante dans l'exercice de ses  missions" suivant les préceptes de la Chariaa et les règles scientifiques.

 

La Commission nationale de l'observation du croissant lunaire "est  indépendante dans l'exercice de ses missions, notamment pour fixer les  horaires propres à la pratique religieuse et ne reçoit d'instructions  d'aucune partie", a déclaré M. Aissa lors d'une rencontre en prévision du  mois sacré.  "Les horaires relatifs à la pratique religieuse en Algérie sont fixés  suivant les préceptes de la Chariaa et les règles des différentes  spécialités scientifiques", a ajouté le ministre, critiquant "les voix qui  tendent à discréditer cette Commission". "Il faut savoir que l'Algérie veille au respect des préceptes de la  Chariaa dans ce contexte loin de tout calcul ou considération d'ordre  politique ou économique", a-t-il affirmé, appelant à "éviter la défiance et  la suspicion". Outre les savants en jurisprudence islamique (Fiqh), la Commission  nationale de l`observation du croissant lunaire compte des experts du  Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG),  a-t-il précisé. A cette occasion, une équipe d'experts relevant du CRAAG a présenté des  données scientifiques et techniques observées notamment pour fixer les  horaires de prières, la direction de la Qibla, l'observation du croissant  lunaire, du début du mois sacré et du mois Dhou El Hidja et autres  occasions religieuses. Déplorant le niveau de certaines organisations syndicales d'imams comme  cela a été le cas à Blida récemment", le ministre a appelé l'Union générale  des travailleurs algériens (UGTA) à "veiller au respect de la déontologie  dans l'exercice du droit syndical".

APS