Le prix du panier de quinze pétroles bruts, qui   sert de référence à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep),   s'est établi à 59,07 dollars le baril vendredi, contre 58,67 dollars la   veille, a indiqué lundi l'Organisation pétrolière sur son site web. 

Introduit en 2005, le panier de référence de pétrole brut de l'Opep (ORB)   comprend actuellement le Sahara Blend (Algérie), Girassol (Angola),   Djeno(Congo),Oriente (Equateur), Zafiro (Guinée Equatoriale),Rabi light   (Gabon), Iran Heavy (Iran),Basra Light (Irak), Kuwait Export ( Koweït),   Es-Sider (Libye), Bonny Light (Nigéria),Qatar Marine (Qatar), Arab Light   (Arabie saoudite), Murban (Emirats arabes unis) et le Mery (Venezuela).  Le même jour, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en   février valait 61,10 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de   Londres, en baisse de 35 cents par rapport à la clôture de jeudi.  Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange   (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour janvier perdait 30   cents à 52,28 dollars.  Le marché pétrolier s'affaiblissait à nouveau après avoir connu un sursaut   jeudi dans la foulée de données sur une baisse des stocks d'un important   terminal américain et d'informations de presse suggérant un prochain recul   des exportations saoudiennes vers les Etats-Unis.  Mais la hausse des cours a été de courte durée et les prix ont fortement   reculée vendredi, pénalisés par les inquiétude autour de la croissance   mondiale, et de la demande en pétrole suite à une série de statistiques   économiques chinoises moroses.  "Les marchés des matières premières et les prix du pétrole sont très   corrélés au risque chinois et au ralentissement de la croissance mondiale",   a résumé un  analyste.  Face à l'excédent de l'offre par rapport à la demande, l'Opep et ses   partenaires, avaient décidé le 7 décembre dernier d'une baisse commune de   leur production de 1,2 million de barils par jour (mbj) dans l'espoir de   redresser les cours.  En vertu de cet accord, l'Opep a accepté de réduire sa production de   800.000 barils par jour, tandis que les non-membres, à leur tête la Russie,   réduiraient leur productions de 400.000 barils par jour.  L'Opep et ses partenaires, une alliance de 25 pays au total qui assure   environ la moitié de la production mondiale de brut, sont liés par un   partenariat depuis deux ans.  Vers la fin 2016, ils avaient décidé de limiter leurs extractions, pour   soutenir les prix du pétrole qui avaient baissé à 30 dollars en  janvier   2016, ce qui avait contribué à la remontée des prix.

APS

 

 

APN

Installation du groupe parlementaire d'amitié "Algérie-Chine"

 

Le groupe parlementaire d'amitié "Algérie-Chine"  a été installé, dimanche à Alger, a indiqué un communiqué de l'Assemblée  populaire nationale (APN). 

La cérémonie d'installation a été supervisée au siège de l'APN par le  président de la Commission des Affaires étrangères, de la coopération et de  la communauté, Abdelhamid Si Afif, en présence de l'ambassadeur chinois en  Algérie et d'un représentant du ministère des Affaires étrangères.    S'exprimant lors de cette occasion, M. Abdelhamid Si Afif a affirmé que  "les relations fortes et solides unissant l'Algérie et la Chine s'appuient  sur une histoire commune de lutte", se félicitant, à ce propos, que la  Chine, qui est le premier partenaire commercial de l'Algérie, partage les  mêmes vues et conceptions, en sus d'un partenariat stratégique global  reliant les deux pays sur différents plans. Après avoir qualifié les relations sino-algériennes de "fortes et  distinguées", M. Si Afif a affirmé que l'échange intensifié des délégations  parlementaires ainsi que les groupes parlementaires d'amitié sont "parmi  les mécanismes et les principaux piliers de la diplomatie parlementaire",  mettant en avant, à cet égard, leur rôle dans le renforcement des liens  d'amitié entre les peuples et la mise en place des cadres adéquats à la  coordination et au travail commun entre les parlementaires.  Le président de la Commission a exprimé enfin son souhait de voir "ce  groupe contribuer au renforcement des liens d'amitié entre l'Algérie et la  Chine, en ligne droite avec la forte volonté politique exprimée par les  dirigeants des deux pays".   Pour sa part, l'ambassadeur de la Chine en Algérie s'est félicité "des  bonnes relations" entre les deux pays, estimant que ce groupe parlementaire  se voulait "un pas de plus vers le renforcement, à l'avenir, des relations  d'amitié entre les deux pays".  De son côté, le député Boualem Bousmaha, président de ce groupe  parlementaire, a salué les relations "stratégiques et distinguées entre  l'Algérie la Chine", exprimant son désir de bénéficier de l'expérience  chinoise pionnière dans le domaine économique.

APS