Le secteur agricole a participé à l'économie nationale, en terme de production, avec une proportion de 12,3% du Produit intérieur brut (PIB) au courant l'année écoulée, a indiqué, mardi à Alger, un directeur central au niveau du ministère de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche.

 

Ainsi, le secteur a connu des moyennes de croissance intéressantes depuis l'an 2000, notamment grâce aux différentes dispositions prises par le département ministériel, a expliqué Mohamed Tifouri lors d'une conférence ayant pour thème "la vision d'avenir pour l'alimentation et l'industrie agroalimentaire en Algérie", organisée en marge de la 17ème édition du Salon international de l'agroalimentaire "Djazagro". Selon lui, ne serait-ce que pour le volet irrigation, la superficie totale des terres agricoles irriguées au niveau national a été multipliée par trois (3) de 2000 à 2018. Pour sa part, l'ex ministre de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche, Sid Ahmed Ferroukhi a relevé les différentes évolutions qu'a connues l'industrie agroalimentaire notamment dans les pays développés et en voie de développement. Il a, en effet, rappelé les différents produits développés par les industriels en raccord avec les besoins des populations mais aussi dans le but de satisfaire une demande en nourriture exponentiellement croissante face à des ressources naturelles croissant bien moins. Pour lui, les aliments synthétiques peuvent représenter une bonne alternative à la consommation de produits naturels, comme les steaks hachés et les saumons synthétiques que certains laboratoires occidentaux sont en train de développer. Quant au mode de vie "Vegan" (mode basé sur une alimentation exclusive par les végétaux et le refus de consommer tout produit issu des animaux ou de leur exploitation) qui rallient un grand public occidental de nos jours, il permet de ralentir la consommation effrénée de viandes de laits et produits dérivés ou même d'œufs. De même dans un souci de protection de l'environnement et de la santé humaine, l'ex ministre a évoqué le grand succès qu'ont : l'alimentation "bio", les aliments "zéro pesticides" et les "alimédicaments" (diminutif d'aliments-médicaments, soit des aliments comportant des propriétés anti-oxydantes connus pour leur rôle dans la prévention des cancers). Pour M. Ferroukhi, là sont des créneaux industriels d'avenir qu'il serait bon de développer en Algérie, pour assurer d'abord la demande nationale mais aussi répondre à une forte demande étrangère. Pour rappel, le Salon "Djazagro" se tient du 25 au 28 février au Palais des expositions (Pins maritimes/Alger) avec la participation de près de 160 exposants algériens et 720 exposants étrangers venus de 34 pays. Partenaire du salon, la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) organisera tout au long de la manifestation des rencontres "invest & export business meetings", sous forme de tables rondes sur différents thèmes, dont "la règlementation algérienne des investissements", "la sécurisation financière et contractuelle", ainsi que sur "les taxes et douanes à l’export". Des conférences techniques sont également au programme, comme celle sur "l'emballage et la valorisation de la production locale".

 

T.A