Le Croissant rouge algérien (CRA) a honoré, lundi à Alger, des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité, dont des membres fondatrices du Croissant durant la guerre de libération.

A l'occasion de la Journée internationale de la femme et la célébration de la fête de la Victoire, le CRA a honoré plusieurs femmes, à l'instar de Hedda Belkheiri et Warda Arafa, en considération pour leur combat durant la révolution, étant deux membres fondatrices du croissant en 1956. Lors de cette cérémonie à laquelle ont assisté les ambassadrices de plusieurs pays à Alger, la présidente du CRA, Saïda Benhabyles a salué le rôle humanitaire et médiatique du Croissant durant la guerre de libération, ce qui a permis d'"internationaliser" la question algérienne à l'étranger, de dévoiler la politique barbare de la colonisation française et de faire entendre la voix du peuple algérien qui militait pour rétablir sa souveraineté. Les deux membres dirigeants du Front Polisario, Meriem Salek Ahmed et Ghaloula Brahim Bachri, l'épouse de l'ambassadeur de la Palestine à Alger, Manar Aïssa ainsi que la représentante de l'Union des femmes palestiniennes à Alger, Nesrine Mokdad ont également été honorées. Dans ce cadre, Mme Benhabyles a réaffirmé la position constante de l'Algérie à l'égard des questions justes et son soutien aux peuples qui aspirent à l'autodétermination, particulièrement les peuples palestinien et sahraoui. Dans une déclaration à la presse en marge de la cérémonie, Mme Benhabyles a indiqué que le mouvement de protestation organisé depuis des semaines constitue "un nouvel acquis dans le cadre de l'approfondissement de la démocratie", saluant "la conscience de la jeunesse" algérienne qui aspire à "une vie meilleure".

APS