Imprimer
Catégorie : Energie

« Il n y a pas une seule transition au monde organisée par l’ancienne équipe au pouvoir», a indiqué, mercredi, le diplomate Abdelaziz Rahabi.

 

S'exprimant lors de l’émission L’invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne,  l’ancien ministre estime que c’est une transition à l’Algérienne, qui a toutes les chances de ne pas aboutir encore moins les élections du mois de juillet prochain. Un chef d’état rejeté par la population ne peut pas prétendre à organiser des élections, dit-il, en ajoutant qu’il n y a pas une seule transition au monde organisée par l’ancienne équipe au pouvoir. L’invité signale qu’il y a un sérieux décalage entre le peuple, qui est déjà dans la transition démocratique, et celle des tenants du pouvoir avec ses fausses propositions  et ses des demi-mesures. Selon lui, les Algériens savent tellement bien ce qu’ils veulent et leurs revendications, qui sont éminemment politiques,  sont claires et nettes. Au lieu de tenir compte de cette mobilisation et d’en faire, ensuite, un motif du changement, le gouvernement en place  tente de l’affaiblir, dit-il, précisant qu’un  état sérieux et moderne aurait prix de cette mobilisation populaire comme moteur pour travailler sur le changement. L’invité de la rédaction explique qu’il y a trois acteurs qui peuvent envisager ensemble comment satisfaire les revendications du peuple et sortir de cette impasse politique qui s’aggrave chaque jour en l’absence de perspectives  politique. « Cela va créer le désespoir qui nous ranimera à des situations très délicates » a –il avertit.