Le Syndicat national autonome des personnels de l'administration publique (SNAPAP) a affiché, mercredi à Alger, sa volonté d'établir des contacts avec les partis politiques, les associations et les personnalités nationales, afin de leur proposer des solutions pour  sortir de la crise que vit le pays.

"Le SNAPAP établira, dès la semaine prochaine, des contacts avec tous les  partis politiques, les associations et les personnalités nationales,     ainsi que l'Armée nationale populaire (ANP), en vue de cristalliser un  projet de propositions englobant tous les domaines notamment le volet  politique et ce, pour parvenir à des solutions à la crise actuelle et  préserver l'unité nationale", a fait savoir le secrétaire national, chargé  de la formation, au sein du syndicat, El-Ayachi Ben El-Mili. Pour le SG du SNAPAP, ces concertations sont à même de définir une vision  pour la période actuelle, marquée par le Hirak populaire qui entrera,  vendredi prochain, dans sa 10e semaine et ce, jusqu'au à l'élection  présidentielle, le 4 juillet 2019. Cette initiative permettra également de parvenir à une vision sur toutes  les situations caractérisant la vie politique en Algérie notamment la  période post-électorale. Le SNAPAP a appelé, par ailleurs, à une grève nationale générale, les 29  et 30 avril, englobant tous les secteurs de la fonction publique, en guise  de solidarité avec le mouvement populaire. Face à cette situation politique, le même syndicat a jugé utile de  reporter leurs revendications socio-professionnelles, d'autant que "l'étape  actuelle exige la patience pour satisfaire les revendications légitimes  notamment l'amélioration du pouvoir d'achat qui est en dégringolade, a  estimé le SNAPAP dans un communiqué. Aussi, le SNAPAP s'est engagé à poursuivre le militantisme et la lutte  pacifique notamment en ce qui concerne l'abrogation de "la loi sur la  retraite, du code du travail et de toutes les lois sociales +iniques+".

R.N