L'opérateur téléphonique Bouygues Telecom a assigné son concurrent Numericable-SFR, filiale du groupe Altice fondé par Patrick Drahi, devant le tribunal de commerce de Paris pour "manquements contractuels" et lui réclame 53 millions d'euros "au minimum", selon le magazine l'Express, également propriété de l'homme d'affaires franco-israélien.

Plainte malgré l'aval de l'autorité de la concurrence La plainte concernerait un ancien contrat concernant les offres d'accès à internet en très haut débit, dont Bouygues Telecom estime que les conditions d'exécution ne sont pas respectées, croit savoir l'hebdomaraire. Cette plainte intervient alors que l'Autorité de la concurrence a validé, fin juillet, les conditions d'utilisation du réseau câblé de Numericable-SFR par ses concurrents en permettant à ces derniers de proposer leurs propres offres très haut débit. Cette décision intervenait dans le cadre des conditions imposées à Numericable par l'Autorité dans le cadre de sa fusion avec SFR. Bouygues Telecom, ancienne proie d'Altice Bouygues Telecom avait fait l'objet en juin d'une offre de rachat estimée à plus de 10 milliards d'euros de la part d'Altice, offre finalement rejetée par le groupe Bouygues. Très présent sur le très haut débit mobile (4G), l'opérateur reste en retrait sur le très haut débit fixe et tente de combler son retard par le déploiement de son propre réseau de fibre optique, aux côtés d'Orange et Numericable-SFR, notamment dans le cadre du plan "France Très haut Débit" lancé par le gouvernement.