Le ministre des Ressources en eau, Ali Hamam a appelé, à Mascara, les cadres du secteur de la wilaya à relier toutes les sources d’eau de la wilaya en un seul réseau pour éviter toute coupure dans l’approvisionnement de l’eau potable, en cas d’incident.

Le ministre a appelé les cadres locaux du secteur, à la faveur de la visite de travail qu’il a effectuée dans la wilaya, à relier toutes les ressources hydriques qu’elles soient en surface, souterraines ou dessalées et traitées, dans un réseau unitaire et partant le recours à l’une des ressources en cas de non exploitation de l’autre qu’elle qu’en soit la cause, de manière à ne pas perturber l’approvisionnement des populations de cette source vitale. M. Hamam a déclaré que la wilaya de Mascara s’adosse sur diverses ressources hydriques pour assurer l’alimentation en eau potable à ses populations, à commencer par l’eau de mer dessalée, approvisionnée à hauteur de 53 pour cent au profit des habitants de la wilaya, les eaux souterraines à 43 pc et l’eau des barrages à 4 pc. Cet état de fait pour le moins réconfortant n'empêche pas à rattacher ces sources d’approvisionnement d’eau pour éviter les coupures d’eau en cas d’arrêt de l’une d’elles, a-t-il souligné. Cinq (5) autres communes de la wilaya de Mascara devront bénéficier à partir du mois août prochain de l’alimentation en eau potable à partir de la mégastation de dessalement de l’eau de mer d’El Mactaa (Oran), a-t-il déclaré, ajoutant que ceci ne fera augmenter le nombre de communes de la wilaya qui seront alimentées de cette eau non conventionnelle pour atteindre un total de 21 communes, soit 72 pour cent des besoins en eau de la population de la wilaya. Le ministre s’est engagé, après s’être enquis du projet de réalisation de deux (2) réservoirs de stockage, de 30.000 mètres cubes dans la commune de Mamounia, à prendre des mesures draconiennes, dans le respect du code des marchés publics, jusqu’à résilier les contrats avec les entreprises défaillantes à qui, a été confiée la réalisation de projets hydrauliques en raison du retard enregistrés dans la conduite des travaux des projets avec tout cela suppose comme impact sur les coûts des travaux d’achèvement et le retard dans l’exploitation des projets en cours de réalisation. Le ministre, qui s’est enquis des deux projets de bassin d’irrigation à Ghriss et à Kechout, a tenu à rassurer les agriculteurs que la première tranche du bassin d’irrigation de la plaine de Ghriss, qui s’étend sur une superficie de 1.500 hectares, entrera en exploitation le mois de juillet prochain, de même que le bassin de la plaine de Kechout dans la commune d'Aïn Frah sur une superficie de 500 ha, qui sera opérationnel, dans la même période. Ali Hamam a affirmé que l’Etat a consenti de grands efforts pour de grands projets de développement notamment en matière d’irrigation agricole en tant que soutien à l’évolution du secteur agricole en Algérie devant participer pleinement à la création de la richesse et de l’emploi et contribuer à la réduction de la dépendance vis-à-vis des hydrocarbures. Aussi, il a annoncé la programmation de projets additionnels au profit de la wilaya de Mascara pour renforcer le réseau des stations de traitement et d’’épuration des eaux usées et ce, par l’inscription d’une nouvelle STEP au chef-lieu de wilaya. Cette dernière vient renforcer l’actuelle STEP qui n’arrive plus à absorber ce que produit la ville de Mascara comme eaux usées, en plus de la programmation de deux STEP dans les communes de Sig et Tighennif.

APS