La ministre de l’Environnement, Nassira Benharrats, a insisté à Oran sur l’implication davantage de micro-entreprises et de porteurs de projets versés dans le secteur de l’environnement dans les opérations de recyclage et de valorisation des déchets.

En inspectant des projets relevant de son secteur dans la wilaya, la ministre a souligné que "les jeunes algériens ont prouvé leurs compétences et leurs hautes performances dans divers domaines et il est nécessaire de s’appuyer sur eux dans le domaine environnemental", déclarant qu"’il faut leur donner l’occasion pour accéder au monde du recyclage et de la valorisation des déchets." Mme Benharrats a soutenu que les micro-entreprises et les jeunes porteurs de projets sont capables d’apporter une valeur ajoutée à l’économie nationale eu égard au nombre important de projets ouverts au niveau national et aux nouvelles idées qu’ils peuvent présenter et concrétiser sur le terrain. Au centre d’enfouissement technique de Hassi Bounif, la ministre a mis en service une troisième tranchée qui vient suppléer les deux premiers centres saturés. A cette occasion, la ministre a estimé important de créer un tissu de micro-entreprises sur avec des idées innovantes pour s’occuper du tri sélectif des déchets, de leur transport aux CET et de faciliter à ces derniers l"accès pour valoriser les déchets et gagner par conséquent du temps." Selon les explications fournies à la ministre sur place, cette nouvelle tranchée aura une capacité quotidienne de 2 millions de mètres cubes de déchets pour une durée d’exploitation de six ans. Selon la directrice du centre de gestion des centres d’enfouissement technique de déchets d’Oran, Dalila Chellal, 22 décharges sauvages ont été éliminés dans la wilaya durant ces dernières années, ce qui a permis la récupération de 64 hectares de foncier utilisés dans des projets d'utilité publique. Lors de son inspection du chantier du projet d’aménagement de la décharge d’El Kerma, dont la première partie relative à l'élimination complète de la pollution est achevée, la ministre a instruit la direction de l'environnement et les responsables locaux d'effectuer une étude sur l'éradication de toutes les sources de pollution afin de procéder aux travaux de la seconde partie liée à la transformation de leurs lieux en jardins, espaces verts et aires de jeux. Mme Benharrats a procédé à l'inauguration de la Maison de l'environnement de la wilaya d'Oran, où une session de formation a été lancée au profit des journalistes et correspondants de presse spécialisés dans le domaine de l'environnement des wilayas d'Oran et de Tlemcen, dans le but d'acquérir des compétences et des informations approfondies sur la protection de l'environnement, les énergies renouvelables et le développement durable, leur permettant ainsi de contribuer à la consécration d'une culture environnementale par la sensibilisation sur la protection de l’environnement. Ce programme de formation s'inscrit dans le cadre de l'accord de partenariat signé entre les ministères de l'Environnement et de la Communication en mars 2019 qui vise à former un réseau national de 720 journalistes de différents médias. A ce jour, environ 370 journalistes et correspondants de presse ont été formés, selon les organisateurs de cette session. Sur place, la ministre a également assisté à la signature des accords entre l'Institut national de formation environnementale et plusieurs associations locales pour former leurs membres, avant de rendre hommage, à titre posthume, à Meriem Kaid Hireche, enseignante à l’université d’Oran activant dans le domaine de l’environnement, décédée il y a quelques semaines. Lors de sa visite au centre d’enfouissement technique de hai Medina Jdida, la ministre a reçu des explications sur les opérations de tri sélectif des déchets et de collecte et de recyclage des bouteilles en plastique. Les responsables du projet ont fait savoir que plus de 10 tonnes de matière plastique ont été collectées et que 600.000 bouteilles en plastique ont été utilisées pour fabriquer 400 masques de protection à visière au profit du personnel de la santé, outre plus de 15.000 masques de protection ordinaires. Mme Benharrats a salué cette opération, soulignant qu’il faut continuer dans cette voie et réfléchir aux nouveaux usages de produits recyclés. La ministre a aussi visité le projet d’une ferme pilote environnementale à hai El Menzeh (ex Canastel), à l'est d’Oran, relevant de l’association "Le petit écologique" pour sensibiliser les enfants à l’importance de l’environnement et à sa préservation, ainsi que le siège de l’association environnementale "Barbarous" où a été donné le coup d’envoi d'un premier voilier écologique pour un travail de recherche en haute mer.

Le projet d'amendement constitutionnel touche à plusieurs aspects environnementaux

 La ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables, Nassira Benharrats, a affirmé, à Oran, que le projet de révision constitutionnelle soumis à référendum le 1er novembre prochain, touchait à plusieurs aspects environnementaux et aux associations chargées de l'environnement. Lors d'une rencontre avec les associations locales spécialisées dans le domaine de l'environnement à l'occasion de sa visite à la wilaya d'Oran, Mme Benharrats a mis l'accent sur l'importance accordée par les hautes autorités, à leur tête le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, à ce secteur auquel a été consacré, outre le ministère de l'environnement, un ministère délégué chargé de l'environnement saharien. Le projet d'amendement constitutionnel s'est focalisé sur "la constitutionnalisation de la dimension environnementale dans le développement économique à travers des textes sur la protection de l'environnement et l'exploitation rationnelle des ressources naturelle en œuvrant à les préserver au profit des générations futures, outre l'édification d'une économie productive et compétitive dans le cadre du développement durable", a-t-elle poursuivi. Et d'ajouter :"Cela passe à travers la constitutionnalisation d'un Conseil national, économique, social et environnemental qui s'est vu accorder une place importante dans ce texte juridique". La ministre a également mis l'accent sur le rôle de la société civile et des associations environnementales dans la préservation des acquis de la nation et l'édification de l'Algérie nouvelle, ajoutant que 15 articles dudit projet ont été consacrés aux associations de la société civile, dont les associations environnementales. L'étape de la Constitution est "la première étape dans le processus de résolution de nos problèmes pour aller de l'avant sur la voie du progrès", a indiqué la ministre soulignant l'importance de "l'action de proximité en cette période pour éclairer l'opinion publique suer les points forts de l'amendement de la Constitution qu'il convient de voter". Lors du débat, plusieurs interrogations ont été soulevées à l'instar de la garantie d'une formation continue au profit des associations environnementales et la création de maisons de l'environnement dans différentes wilayas".

APS