Le secrétaire général de l'Union nationale des paysans algériens (UNPA), Mohamed Alioui a soutenu, à Tipasa, que le nouveau projet d’amendement constitutionnel "va mettre un terme à la dilapidation des terres agricoles, et libérer l’Algérie de la dépendance économique".

M.Alioui, qui a animé un meeting à la maison de jeunes du centre-ville, dans le cadre de la campagne référendaire sur le projet d’amendement constitutionnel, du 1er novembre prochain, a assuré que la nouvelle constitution "va libérer l’Algérie de la dépendance, en insufflant une véritable relance du secteur agricole, qui est la locomotive de l’économie nationale". Il a cité en exemple le paysan algérien, qui a prouvé "sa force et son existence lors de la crise du nouveau coronavirus, en permettant à l’Algérie de consacrer sa sécurité alimentaire en toute autonomie", en relevant que "le projet d’amendement constitutionnel mettra un terme à la dilapidation des terres agricoles, spoliées par le passé par des bandes de l’argent sale et l'exploitation des agriculteurs par de faux investisseurs". Les wilayas de Tipasa, Boumerdes, et Oran et d'autres région du pays sont des "exemples vivants de la spoliation des terres agricoles dans le passé", a-t-il ajouté, en déplorant à l'occasion des "dépassements" exercés sur des agriculteurs, qui ont été "dépouillés de leurs terres en toute illégalité". "Le nouvel amendement constitutionnel protège les terres agricoles de la rapine, ainsi que les différents programmes de soutien agricole", a poursuivi Mohamed Alioui, estimant qu’il s’agit d’une "ferme conviction" du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, pour qui, "la protection des terres agricoles et du paysan, est une ligne rouge", a-t-il observé. M.Alioui a assuré, en outre, que "l'amendement constitutionnel permettra de lutter contre la bureaucratie dans le secteur agricole", a-t-il dit. Le secrétaire général de l'UNPA a clos son discours en assurant que l’Algérie a "dépassé une étape difficile et sensible, grâce à la sagesse des dirigeants de l’Armée nationale populaire. Une étape couronnée par l'élection présidentielle transparente du 12 décembre dernier, qui a amorcé les contours de la nouvelle Algérie, dans le cadre des principes de la Proclamation du 1 er novembre 1954, consacrant l’égalité des droits et des devoirs pour tous".

APS