Les participants à journée d’étude sur la généralisation de l’utilisation du paiement électronique ont mis en exergue à Aïn Defla l’importance de ce procédé dans la dynamisation de l’activité commerciale et économique.

Au cours de cette manifestation organisée conjointement par les directions locales de la Poste et des télécommunications et du commerce, abritée par la bibliothèque de lecture publique Hamdane Hadjadji de la ville, l’accent a été mis sur l’impératif de la modernisation des échanges financiers, relevant le rôle dévolu au paiement électronique à l’apogée de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19). Relevant que les Terminaux de Paiement Electronique (TPE) sont disponibles depuis 2005, la directrice centrale à la Banque de développement local (BDL) chargée de la promotion du paiement électronique a soutenu que la réticence pour cet équipement s’explique, en grande partie, par la crainte du citoyen à opter pour une technologie "dont il ne connait absolument rien". Faisant état de 6.600 TPE installés par la BDL sur le territoire national (grandes-surfaces, hôtels, agences de voyage), elle a invité les opérateurs économiques, commerçants ou simples citoyens à opter pour le paiement électronique "un mode désormais révélateur du degré de développement d’un pays donné", a-t-elle observé.  Tout en observant que le monde du commerce est basé sur les échanges et transactions, le directeur du commerce de Aïn Defla, Daoud Haroun a mis l’accent sur l’importance de sensibiliser les commerçants sur la nécessité de recourir au paiement électronique afin qu’ils soient "en adéquation avec ce qui est e vigueur de par le monde." "Il est clair que de par les spécificités de leur activité, les commerçants constituent le terrain de prédilection pour l’ancrage du paiement électronique, d’où l’importance de les sensibiliser à cet état de fait ", a-t-il souligné. Abondant dans le même sens, le directeur du commerce de Aïn Defla, Daoud Haroun a a appelé à mettre en exergue les avantages découlant de ce type de paiement. "Lorsque l’on explique au commerçant de façon pédagogique que les opérations bancaires se rapportant au paiement électronique sont sécurisées, qu’elles assurent un gain de temps substantiel et permettent d’éviter les faux billets, celui-ci ne peut qu’adhérer au procédé", a-t-il souligné. La directrice de la Poste et des Télécommunications de Aïn Defla, Hadjer Ouled Ali s’est, pour sa part, attardé sur l'importance des moyens de paiement électroniques durant la crise sanitaire, relevant que ces supports ont rendu d'"inestimables" services aux citoyens. "Avec le confinement et les mesures barrières induites par la propagation du nouveau coronavirus, force est de constater que les moyens de paiement électronique ont joué un rôle de premier plan dans la dynamisation des activités commerciales, leur assurant célérité et transparence, d’où la nécessité de continuer sur cette lancée", a-t-elle recommandé en guise de conclusion.

APS