Les mesures de prévention entreprises ces deux derniers jours par les autorités de la wilaya de Djelfa pour faire face à la propagation de la Covid-19 sont totalement respectées par les citoyens, a-t-on constaté.

Au niveau des marchés hebdomadaires de bétail, éleveurs et vendeurs ont répondu favorablement à la mesure de fermeture exceptionnelle de ces espaces qui sont actuellement totalement déserts. C’est le cas des marchés de Hassi Bahbah et de Roumia, dans la commune d’Ain Ibel, concernés par la décision de fermeture. Les autorités de la wilaya ont émis, le week-end dernier, une décision de fermeture de 11 marchés hebdomadaires de bétail, tout en chargeant les autorités compétentes de sa mise en œuvre "avec toute la rigueur requise, vu le risque de contamination au niveau de ces espaces où les citoyens sont à l'étroit", est-il signalé. Le transport urbain au chef-lieu de wilaya a été également à l’arrêt, ce week-end, et ce, en application des mêmes mesures prises dans ce sens. Une mesure respectée par les transporteurs, avec la contribution des agents de la police, qui ont veillé au grain au niveau des points de contrôle et autres axes de la circulation automobile. Les citoyens de Djelfa ont également appliqué la mesure de port obligatoire du masque de protection au niveau des organismes et administrations publics, comme stipulé par les autorités locales, dans leur dernière décision. C’est le cas notamment au siège de la wilaya où les citoyens sont accueillis avec obligation du port du masque de protection et le respect de la distanciation physique. Les services de la sûreté de wilaya de Djelfa ont, pour leur part, mis au point un plan sécuritaire, englobant deux volets, l’un préventif et l’autre répressif, selon le chargé de la communication de ce corps, le commissaire de police Fités Saâd. Il a signalé la mise en fourrière, depuis le début du mois courant et dans le cadre de la mise en œuvre des orientations de la tutelle, de pas moins de "194 véhicules (tous types confondus) en raison d’infractions, commises par leurs propriétaires, aux règles préventives contre la Covid-19". A cela s’ajoute, selon le commissaire Fités, 1.310 contraventions enregistrées pour non port du masque de protection. Concernant les locaux commerciaux, les services compétents de la wilaya ont effectué 5.671 opérations de contrôle ayant abouti à l'établissement de 507 procès-verbaux, a-t-il ajouté. Le commissaire a fait cas de 384 contraventions pour non port de la bavette et 110 pour non-respect de la distanciation physique, outre 140 autres infractions pour absence de désinfection et 60 pour absence d’affiches portant sur les mesures de prévention. Au plan prévention, le chargé de la communication à la sûreté de wilaya de Djelfa a fait part de l'organisation de 818 campagnes de sensibilisation, dont 536 ayant ciblé des citoyens et 227 en direction de commerçants, outre 55 campagnes dans le cadre de la lutte contre la spéculation sur les produits alimentaires, parallèlement à la distribution de plus de 10.100 prospectus et la réalisation de 174 spots publicitaires sur la page officielle de la sûreté de wilaya de Djelfa, sur les réseaux sociaux. Ces derniers temps, il a été constaté une prise de conscience chez les citoyens pour la mesure du port du masque de protection dans les espaces et institutions publics, voire même dans les rues. "Un comportement civique reflétant une volonté de la part des citoyens d’accompagner les efforts de l’Etat dans sa lutte contre ce virus", selon des spécialistes. En effet, le citoyen a pris conscience de l’obligation de vivre au quotidien avec cette mesure de protection (port de la bavette) comme constaté au niveau des établissements éducatifs, où la culture sanitaire semble se renforcer de jour en jour chez les jeunes générations, élèves et étudiants.

APS