Avec la création de startups dans le domaine du e-learning, l’enseignement ou la formation en ligne est devenue, ces dernières années, un marché prometteur à Ouargla, estiment de jeunes smart entrepreneurs approchés par l'APS.

Ces startups présentent des modèles de projets innovants susceptibles de contribuer au soutien pédagogique des élèves et à la formation continue, en plus de favoriser le respect des mesures sanitaires de distanciation, ont-ils souligné. C’est le cas de la plateforme numérique "Khoutoua" qui propose aux élèves des trois cycles d'enseignement (primaire, moyen et secondaire), et aux étudiants universitaires des cours à distance, en vidéoconférences, diffusées via certaines applications, telle que ZOOM et GOOGLE HANGOUT. Il s’agit de classes virtuelles et interactives, à travers lesquelles l’enseignant présente le cours et les apprenants peuvent le suivre, débattre et exprimer leurs idées en direct sur leurs ordinateurs, tablettes ou smartphones, a indiqué la directrice de la startup, Nessayba Ghediri, spécialiste en Physique médicale. "Khoutoua" est une plate-forme de formation en ligne, fondée il ya deux ans à l'initiative de membres de l'association "Fikretak" basée à Touggourt, a-t-elle poursuivi. "Au début, nous avons commencé à offrir à titre gracieux des cours en ligne dédiés aux candidats au baccalauréat, puis le projet s’est développé grâce aux efforts du staff fondateur, pour toucher tout les paliers d’enseignement et quelques filières et spécialités universitaires, en plus de l’organisation de sessions de formation spécialisées liées à différents domaines, a-t-elle ajouté.

 Un mode d'enseignement plus flexible et moins couteux

 Le e-learning qui présente via des outils digitaux un contenu plus précis, mieux ciblé adapté aux besoins des apprenants, est devenu aujourd’hui un mode d’enseignement et d’apprentissage plus flexible et moins couteux par rapport au cours de soutien en présentiel, ce qui permet de faire des économies de temps et d'argent, a souligné Nessayba Ghediri. "Ecolify", qui s’implique également dans la formation en ligne, est, pour sa part, une startup gérée par un groupe de jeunes au niveau de la pépinière d’entreprises à Ouargla. Elle propose, à travers une technologie basée sur l'intelligence artificielle, une solution d’enseignement à distance conçue pour les établissements éducatifs et les universités, indique son gérant, Mohamed Nacereddine Babkeur (informaticien). "Quelques difficultés techniques liées notamment à la mise en place d’un système de paiement électronique reliant notre site Web hébergé à l’étranger au réseau national interbancaire, ont été rencontrées lors de la réalisation de notre projet qui fait actuellement l'objet de dernières retouches avant sa mise en service, explique notre interlocuteur. Selon des avis recueillis par l'APS auprès de la population locale, des parents d’élèves notamment, l'opinion publique est divisée entre personnes qui estiment que l’enseignement à distance présente plusieurs avantages, alors que d’autres pensent le contraire. Sans barrières géographiques, la formation en e-learning est souvent plus précise, flexible, moins chère et adaptable aux besoins des apprenants, tandis que la formation en présentiel présente certains inconvénients, le déplacement pour assister aux classes et les horaires contraignants notamment, a-t-on indiqué. En revanche, les opposés au e-learning voient que ce mode de formation pose des difficultés en termes de manque de motivation, car la présence d’un encadreur pour répondre aux questions est nécessaire surtout pour les sujets fondamentaux. L’intégration dans la vie entrepreneuriale, à travers la création de PME, n’a pas cessé de se développer dans la wilaya d’Ouargla, notamment chez les jeunes universitaires désireux d’investir dans différents créneaux économiques. Outre les organes classiques existants de soutien à la création de micro-entreprises, à l’instar de la pépinière d’entreprises et le centre de facilitation, la wilaya d’Ouargla a bénéficié d’un incubateur universitaire inauguré récemment au niveau du pole universitaire-3, dans le cadre d’un programme national visant à accompagner les jeunes porteurs de projets innovants en milieu universitaire notamment. Cet incubateur s’inscrit dans le cadre d’un accord de partenariat entre l’Université Kasdi Merbah d’Ouargla, la compagnie nationale Sonatrach et l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et du développement technologique (ANVREDET). Il représente une structure d’accueil et d’accompagnement de projets innovants ayant un lien direct avec la recherche scientifique et aide les porteurs de projets à formaliser leurs idées et à valider la faisabilité des projets, en leur offrant un appui en matière de conseil, de formation, de financement et les hébergeant jusqu’au lancement de leurs entreprises, selon des cadres de cette institution.

APS