Plusieurs chantiers de réalisation de logements promotionnels aidés (LPA) et socio-participatifs (LSP, ancienne formule), ont été relancés à Bouira, et ce, après un arrêt, qui a duré des mois, a indiqué le chargé de communication de la wilaya, Mohamed Remini.

"Ces chantiers étaient à l’arrêt pour des raisons liées à des contraintes techniques et administratives. Mais ils ont été relancés grâce au soutien des autorités locales, qui ont aplani toutes les difficultés pour permettre la reprise des travaux notamment pour les projets de l’agence foncière de wilaya", a expliqué M. Remini à l’APS. Le chef de l’exécutif local, Lekhal Ayat Abdeslam, suit de très près l’évolution des projets d'habitat de différentes formules. Début décembre dernier, le même responsable avait présidé une cérémonie de distribution de 265 logements, tous types confondus, dont 100 unités public-locatives (LPL) et 109 autres unités de l’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement (AADL).              Dans une déclaration à la presse, en marge de cette cérémonie, le premier magistrat de la wilaya s’était engagé à prendre en charge les doléances des citoyens en matière de logement, ainsi qu’à assainir ce secteur via le renforcement des enquêtes notamment pour le logement social, qui enregistre une forte demande à travers la wilaya. D’ailleurs, 11 nouvelles brigades ont été mises sur pied par les autorités locales de la wilaya pour soutenir les six commissions existantes, dans leur travail d’enquête qu’elles mènent depuis plusieurs mois pour assainir les dossiers des demandeurs de logements sociaux.         Le même responsable avait également annoncé la disponibilité d’un quota de 3 382 unités de type public-locatif, qui serait distribué prochainement. M. Lekhal Ayat Abdeslam s’est aussi engagé à prendre en charge le relogement des familles habitant dans les vieux haouchs de la ville de Bouira. Les propriétaires des haouchs sont, donc, appelés à s’enregistrer auprès des services de la Daira afin qu’ils puissent bénéficier d’un logement neuf, et pour permettre aux services concernés de procéder à la démolition de ces habitations précaires, qui ternissent l’image urbanistiques de la ville.

 Distribution de produits de prévention au profit des établissements scolaires

Un lot de produits de désinfection et de protection contre la Covid-19, d'une valeur de près de 6 millions de DA a été distribué au profit des établissements scolaires de Bouira pour lutter davantage contre la propagation de la pandémie, a-t-on appris auprès des services de la wilaya. "D’une valeur de près de six millions de dinars, ce nouveau lot de produits est composé de 5.541 bouteilles de désinfectants, plus de 106.000 masques de protection, 2.500 litres d’eau de javel et 120 tenues de protection", a précisé à la presse le chargé de la communication de la wilaya, Mohamed Remini. L'opération, qui a débuté lundi a ainsi touché 584 établissements, dont 550 écoles primaires, a encore précisé M.Remini, soulignant que ces produits sont destinés pour renforcer les efforts de lutte contre la pandémie à l'effet de protéger les élèves et le staff éducatif. Au cours de cette opération, le wali de Bouira, M. Lekhal Ayat Abdeslam a instruit les responsables du secteur et ceux de la wilaya de "veiller surtout à la prise en charge des élèves des écoles primaires, notamment en matière de restauration, de chauffage mais aussi du transport". Le volet relatif aux écoles primaires est l’une des premières priorités du chef de l’exécutif de wilaya, qui suit l’évolution de la situation dans les établissements scolaires", a expliqué le chargé de la communication de la wilaya. A Bouira, la situation pandémique "est plutôt stable" et le nombre de cas "a beaucoup régressé" ces derniers jours grâce à une vaste campagne de sensibilisation ainsi qu’au dispositif de prévention mis en place et "strictement respecté" à travers les différentes régions de la wilaya, selon un constat de la Direction de la santé et de la population (DSP). Au sein des écoles primaires, où les mesures barrières sont parfois "ignorées" par les écoliers, les enseignants ainsi que les services de l’administration consentent davantage d’efforts pour faire respecter le protocole sanitaire chez les scolarisés afin d’éviter toute propagation de ce virus.

APS