La filière oléicole enregistre ces dernières années à travers la wilaya de Tlemcen un engouement certain de la part des agriculteurs et la superficie qui lui est consacrée ne cesse d’augmenter en dépit des aléas climatiques influant négativement sur la production et sur les prix de vente.

La superficie des oliveraies de Tlemcen a enregistré une augmentation sensible ces dernières années, suite à la mise en œuvre des différents programmes initiés par l’Etat, dont notamment le programme du Fond national de développement rural et agricole (FNDRA) et d’autres programmes réalisés sur fonds propres. Les derniers programmes ont permis à la superficie réservée à l'oléiculture de passer de 12.980 ha durant la saison 2012-2013 à 16.147 hectares actuellement, a indiqué un responsable de la direction locale des services agricoles. La production de l’olive et ses dérivés dont l’huile d’olive ont, par ailleurs, enregistré ces deux dernières années une baisse sensible qui s’est répercutée par une augmentation des prix de vente de ces produits bien ancrées dans la culture culinaire des habitants de la wilaya. Ce phénomène est expliqué par Otmani Kamel, cadre de la DSA, par les faibles précipitations ayant coïncidé avec de fortes chaleurs. La campagne de cueillette des olives qui touche à sa fin enregistre une production actuelle de l’ordre de 636.750 quintaux alors que les objectifs prévus étaient de 750.000 quintaux. "La présente campagne de cueillette des olives est marquée par un rendement est très faible par hectare", a relevé Kendoussi Abdelhalim, président du Conseil oléicole de la wilaya. "En ma qualité de sur un verger constitué de 200 oliviers, je n’ai récolté qu’une seule caisse de 20 kg", a-t-il déploré. Cette faible production a eu des répercussions directes sur le prix des olives et par conséquent sur le prix du litre d’huile d’olive. Le même responsable a rappelé qu’il y'a trois ans, le prix de la variété d’olives dite "Sigoise" était de l’ordre de 40da/kg alors que cette année, elle est proposée à 80 da le kilo voire plus. La rareté du produit est due à plusieurs paramètres, explique le même responsable. "La sécheresse a joué un rôle dévastateur mais il y a d’autres facteurs liées à certaines maladies, telles que la mouche de l’olive, l’œil du paon et les noctuelles. Lorsque les surfaces touchées sont mal traitées, ces insectes font des ravages", a-t-il précisé.

De grandes exploitations pour développer la filière

Kendoussi Abdelhalim estime que pour améliorer la production des olives et ses dérivés à Tlemcen, il faudrait penser à créer de grandes exploitations de plus de 50 hectares, ce qui facilitera, selon lui, la réalisation de forages et l’installation de circuits d’irrigation à même de combler la faible pluviométrie. Par ailleurs, les grandes exploitations facilitent aussi la mise en œuvre d’opérations de traitement des oliviers outre la généralisation de la mécanisation pour la cueillette des olives. Au sujet de la cueillette des olives, le président du conseil oléicole de Tlemcen relève que les exploitants ont du mal à trouver la main d’œuvre ce qui la rend plus chère et par la même se répercute sur le prix de vente du produit que ce soit pour les olives de table ou pour l’huile d’olive. Le même responsable préconise la création de mini-entreprises agricoles regroupant 4 ou 5 exploitants pour leur permettre d’acquérir le matériel adéquat et de suivre ainsi qu’à leurs enfants des stages de formation dans les techniques de cueillette d’olives, le traitement des maladies et la taille des oliviers. Il a également proposé la création d’une coopérative pour organiser la filière en matière d’achat des olives et de vente également de plants certifiés ainsi que les engrais. La wilaya de Tlemcen dispose d’un potentiel considérable dans ce domaine avec des zones de production intensive comme Ouled Mimoune, Maghnia, Sabra et Remchi. On recense actuellement de 31 huileries dont 8 sont de type traditionnel. Le litre d’huile d’olive est proposé cette année entre 650 et 900 dinars, selon la région. L’huile de Béni Snous est considérée comme "Bio" et coûte entre 800 et 900 dinars à l’huilerie de Tassa, à Beni Bahdel, l’une des plus anciennes de la wilaya, rappelle-t-on.

APS