Le chargé de mission à la présidence de la République, Brahim Merad, a affirmé, dans la wilaya de Ghardaia, que la mise à niveau des zones d'ombre et enclavées constitue un axe prioritaire de la Nouvelle Algérie préconisée par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune.

L'éradication des zones d'ombre et leur développement à travers l'amélioration des conditions de vie des citoyens, avec une approche participative des habitants de ces zones, font partie des objectifs principaux du développement durable, a souligné M. Merad, lors d'une visite d'évaluation des opérations lancées pour améliorer les conditions de vie des habitants des zones classées d'ombre de la wilaya. Les visites effectuées dans l'ensemble des zones d'ombres à travers le territoire national permet d'évaluer et de diagnostiquer les manques constatés au niveau des différentes régions et d'y remédier de manière efficiente en étroite collaboration les partenaires locaux et ministériels ainsi que le tissu associatif, a-t-il noté. En visitant les zones d'ombre de Hassi-Ghanem (wilaya déléguée d'El-Menea) et de Mansoura au sud de Ghardaia, le chargé de mission du dossier zones d'ombre et la délégation qui l'accompagne se sont enquis des projets et réalisations initiés dans le cadre de la mise à niveau des zones d'ombre, et touchant tous les domaines de la vie des citoyens, dont la santé, l'électricité, le gaz, l'eau potable, l'éducation et les routes. "Le président de la République a placé l'élément humain au centre de ses préoccupations, de manière à lutter contre la pauvreté, l'exclusion sociale et la précarité'', a rappelé M. Merad, en mettant l'accent sur le désenclavement de ces zones en s'appuyant sur la création d'activités génératrices de revenus destinés aux jeunes et aux femmes en situations de précarité. Il a noté que pas moins de 70 millions DA ont été consentis pour les opérations de raccordement aux réseaux divers (eau potable, électricité et assainissement), dans les zones d'ombre recensées prioritaires dans la wilaya de Ghardaia. Les services de la wilaya ont établi une cartographie de ces zones d'ombre avec des fiches techniques comprenant les déficits en matière de développement et les projets prioritaires de chaque zone à inscrire en vue d'améliorer les conditions de vie et répondre aux aspirations de ses habitants. Cinq zones localisées en milieu rural et zones éparses de Hassi-Ghanem (commune d'El-Menea), Rahmania (commune de Guerrara), Zouia et les quartiers de l'ancienne Mansoura, ont été répertoriées à travers les 13 communes de la wilaya de Ghardaïa comme ''zones prioritaires'' nécessitant une action d'urgence. Selon le wali de Ghardaia, Boualem Amrani, 500 millions DA ont été consentis pour améliorer les conditions de vie des habitants des zones d'ombre recensées dans la wilaya pour 2021. La délégation visitera demain les zones d'ombre au nord de la wilaya, notamment à Guerrara.

APS