Le Directeur général des forêts (DGF), Ali Mahmoudi, a affirmé à Khenchela que "l’investissement dans les produits forestiers non ligneux améliorera les conditions de vie des habitants des zones d’ombre".

Dans son intervention à l’Ecole nationale supérieure des forêts de Khenchela, à l’occasion de la mise en service d’une unité de distillation des huiles essentielles de plantes médicinales et aromatiques, M. Mahmoudi a souligné que l’exploitation idoine des produits forestiers autres que le bois dont le romarin, le pin parasol et le caroube "assurera aux habitants des zones d’ombre et rurales des revenus conséquents à même d’améliorer leurs conditions de vie et de contribuer à la diversification de l’économie". Il a également ajouté dans ce contexte que les résultats du projet de valorisation des produits forestiers non ligneux initié par le ministère de l’Agriculture et du Développement Rural représenté par la Direction générale des forêts en coordination avec l’organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture FAO commencent à paraitre avec les dizaines de micro-entreprises et startups qui investissent dans les plantes médicinales et aromatiques dans les quatre wilayas pilotes de Khenchela, Constantine, Blida et Mostaganem. Le même cadre a mis l’accent sur l’accompagnement assuré par son secteur au profit des habitants des zones rurales et riverains des forêts lors des différentes phases de l’investissement dans ces activités génératrices de richesses portant sur la valorisation des produits de la forêt autres que le bois. M. Mahmoudi a relevé que le projet de valorisation du romarin dans la wilaya de Khenchela permettra notamment de valoriser cette plante et de préserver en même temps les forêts contre les dangers des incendies et des diverses autres formes d’agression qu’elles subissent. Il a aussi estimé que la mise en service aujourd’hui d’une unité de distillation des huiles essentielles des plantes médicinales et aromatiques d’une capacité de 1.500 litres constitue un couronnement pour ce projet surtout qu’elle est appelée à améliorer les revenus des habitants des zones d’ombre. De son côté, Mohamed Lamine Hamouni, représentant du FAO en Afrique a que sa participation à la cérémonie de mise en service de cette unité de distillation vient réaffirmer le soutien de la FAO à l’orientation vers le développement des produits forestiers non ligneux qui "commence à donner des résultats encourageants avec la multiplication des micro-entreprises investissant dans cette filière". La FAO, a-t-il ajouté, continuera à soutenir les projets de valorisation des produits forestiers autres que le bois en coordination avec le ministère de l’Agriculture et du Développement Rural représenté par la DGF. Nassim Djabou, enseignant à l’université de Tlemcen et expert dans l’exploitation des plantes médicinales et aromatiques, a fait savoir qu’une étude menée dans les zones forestières des trois communes de Khirène, Tamza et Lamsara avait recensé 40.000 hectares de romarin qui permettraient la production de 35 tonnes de l’huile essentielle de cette plante d’une valeur financière de 30 milliards DA. La conservation des forêts de la wilaya de Khenchela a procédé dans le cadre du projet de valorisation des produits forestiers non ligneux à l’organisation de journées de sensibilisation à l’importance de l’investissement dans cette filière au profit de 530 personnes. Elle a aussi organisé une formation pour 24 responsables de micro-entreprises intéressés par l’investissement dans la valorisation des plantes médicinales et aromatiques dans les communes de Tamza, Bouhamama, Ain Touila et Lamsara, a-t-on conclu.

APS