Une opération de rénovation et de modernisation de 70 établissements hôteliers et thermaux est en cours de réalisation à l’échelle nationale, a affirmé à Hammam Righa (Aïn Defla), le PDG du Groupe "hôtellerie, tourisme et thermal" qui mène l’opération, Bounafaâ Lazhar.

"La modernisation de ces structures permettra d’optimiser leurs potentialités et, par ricochet, contribuer au développement locale", a indiqué M. Bounafaâ en marge de la visite d’inspection effectuée par le wali de Aïn Defla, Benyoucef Azziz, à la station thermale de la ville. Une enveloppe de plus de 100 milliards DA a été mobilisée pour cette opération, a précisé M. Bounefaâ, faisant état de l’achèvement de l’opération de modernisation de 17 hôtels (sur un total de 19) du Sud ainsi que celle des hôtels El Aurassi et El Djazaïr (ex-Saint Georges). Le gros du travail concerne, à l’heure actuelle, les grands hôtels urbains afin de les mettre aux normes internationales, a-t-il soutenu, assurant toutefois que l’objectif de son organisme reste focalisé sur le "thermal et les bains traditionnels".  S’agissant de la station thermale de Hammam Righa, le même responsable a  indiqué que celle-ci fait l’objet d’une opération de modernisation de la station de captage ainsi que de la station thermale afin qu’elle puisse jouer un plus grand rôle en matière de tourisme climatique. Des circuits pour les randonnées pédestres sont prévus à la faveur de la nouvelle configuration de la station, a-t-il expliqué, faisant remarquer que l’opération d’aménagement s’attelle à mettre en évidence les aspects liés à l’artisanat de la région. Une enveloppe financière de près de 4 milliards DA a été mobilisée pour l’opération de modernisation de la station thermale de Hammam Righa, a-t-il fait savoir, se félicitant de la cadence de l’exécution des travaux. "Si le même rythme de travail est maintenu, il est fort probable que le colloque organisé annuellement par la wilaya de Aïn Defla sur le rite malékite soit abrité, l’année prochaine, par cette station", a-t-il prédit. De son côté, le wali de Aïn Defla a affirmé que le développement de la région de Hammam Righa est tributaire de la "bonne santé"  de la station thermale, instruisant les élus locaux à prendre à bras le corps le volet environnemental. "Il est clair que l’amoncellement des ordures ne peut que nuire à l’image de marque de la station et, partant, influer sur son attractivité", a-t-il fait remarquer, appelant à la mise en valeur des innombrables atouts de la région. Situé au milieu du mont Zaccar et réputé par la qualité de son eau thermale connu pour le traitement des maladies dermatologiques, le complexe de Hammam Righa, inauguré en 1976 n’a, depuis, connu aucune opération de réhabilitation. Auparavant, le wali de Aïn Defla s’est rendu aux communes de Khémis Miliana et Aïn Defla où il s’est notamment enquis de l’état d’avancement des projets de réalisation de logements sociaux locatifs

APS