La wilaya d’Oran, qui accueillera le  Premier ministre, Abdelmalek Sellal, connaît actuellement une dynamique de  développement marquée par l’avancement des chantiers de réalisation de  projets structurants importants dans les différents secteurs.

Que ce soit dans les domaines des travaux publics, de la jeunesse et des  sports, des travaux publics, de l’investissement dans le secteur de l’industrie, du tourisme, du logement et autres, la capitale de l’Ouest du  pays continue de gagner les défis et de relever les challenges dans le  cadre d’une vision moderne en phase avec les attentes de la population. D’importantes étapes ont été ainsi franchies pour se mettre au diapason  des grandes métropoles du bassin méditerranéen, au moment où toute cette  wilaya s’attelle à préparer les Jeux méditerranéens, qu’elle abriter en  2021. Dans ce cadre, des efforts considérables ont été consentis par l’Etat pour réussir ce plan qui oeuvre à l’aménagement urbain d’Oran et la mettre en  adéquation avec les normes de progrès et de modernité à travers un tissu  urbain décent, et en mettant à la disposition des citoyens des logements  convenables, notamment pour les habitants du vieux bâti. Les projets de réalisation de nouveaux pôles urbains sont parmi les  principales opérations concrétisées à Oran dans le domaine du logement, au  moment où le parc de logement de la wilaya a atteint, fin 2016, quelque  363.513 unités, contre 237.537 unités en 2005, soit plus de 126.000 unités  réalisées en 10 ans à Oran. Ces pôles urbains constituent de véritables bouffées d’oxygène pour la  wilaya dans la mesure où ils rompent la pression et la concentration  urbaine au centre-ville, et permettent l’élargissement du tissu urbain de  façon équilibrée. Le projet de réalisation du grand pôle urbain d’Oued  Tlelat (21.000 logements), qui est dans sa phase finale, constitue, dans ce  cadre, l’un des exemples de la réussite de cette expérience, selon les  observateurs du dossier du logement à Oran. Ce pôle continue d’accueillir  des milliers de familles qui vivaient auparavant dans des conditions  précaires, aux Planteurs, à Ras El-Aïn ou dans les fermes de haï  Fillaoucen. Le projet de réalisation de 9.000 logements, la plupart selon la formule  LPL (Logements Publics Locatifs) à Belgaïd, à l’instar du pôle urbain  d’Oued Tlelat et des autres pôles, constitue un modèle de la politique  urbaine prônée par la wilaya d’Oran axant sur l’exploitation de ses  spécificités géographiques. D’autre part, Oran se prépare à lancer les travaux de réalisation d’une  nouvelle ville dans la zone Sud-ouest de la wilaya, près de la commune de  Misserghine, une ville qui accueillera quelque 50.000 logements de  différentes formules, ainsi que des équipements et autres commodités.

Un modèle de développement intégré

Dans un autre contexte, la wilaya d’Oran continue de tracer un plan  industriel en adéquation avec ses attentes économiques, particulièrement le  développement de pôles industriels spécialisés, notamment l’industrie  mécanique (Société Renault Algérie) à Oued Tlelat. La zone d’activité de  Bethioua connaît, pour sa part, une dynamique particulière avec le  lancement de projets de production de fer et d’acier, sachant que la wilaya  a un grand besoin de ces matériaux dans ses multiples projets. La wilaya d’Oran fournit également les efforts nécessaires pour le  développement de l’industrie pharmaceutique et parapharmaceutique, ainsi  que l’industrie alimentaire au niveau des zones d’activités ouest, à  Boutlelis et Misserghine, et l’industrie textile dans la zone industrielle  de Hassi Ameur. Selon les données des services de la wilaya, le nombre des investissements  agréés dernièrement à Oran s’élève à 775 projets dont 280 sont en cours de  réalisation. L’ensemble de ces projets devront créer quelque 103.000 postes  d’emploi. Il est à noter que 287 projets d’investissement concernent  différentes industries. Les autres relèvent des secteurs des services. Pour  le secteur du tourisme, l’une des vocations de la région, des agréments ont  été accordés pour la réalisation de 222 hôtels et complexes touristiques et  de loisirs. Concernant la valorisation des ressources, la wilaya a atteint des taux de  raccordement appréciables aux différents réseaux : 98,9 % pour l’AEP, 94%  pour l’assainissement, 98% pour la couverture électrique et plus de 80 %  pour le gaz naturel. Les visiteurs d’Oran constatent une dynamique marquée d'une synergie au  niveau des chantiers de réalisation des grands projets structurants comme  le futur complexe sportif comprenant, entre autres, un stade de 40.000  spectateurs, en plus du projet d’extension du port d’Oran et son  raccordement à l’autoroute Est-Ouest, par une liaison longue de 26 kms,  longeant le littoral Est de la ville. Dans ce cadre, la wilaya d’Oran oeuvre à la valorisation de différentes  ressources pour le renforcement de son infrastructure de base, notamment  dans le secteur de l’éducation, de la formation professionnelle et des  installations de proximité, notamment celles destinées aux jeunes. L’enveloppe financière consacrée aux différents projets de développement  de la wilaya, devenue un véritable chantier à ciel ouvert, s’élève  actuellement à 340 milliards DA pour le financement de près de 1.119  opérations.

 

M. Tebboune relève la faiblesse des moyens de contrôle de la spéculation

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la  Ville, ministre du Commerce par intérim, Abdelmadjid Tebboune, a mis en  exergue, à Oran, la "faiblesse" des moyens disponibles pour lutter  contre la spéculation dans l'activité commerciale. "Nous luttons contre la spéculation avec les moyens, dont nous disposons",  a expliqué le ministre, en marge de la visite de travail qu’effectue le  Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans la wilaya d’Oran. Selon M. Tebboune, "seuls 10.000 contrôleurs sont sur le terrain à  l’échelle nationale alors les besoins sont estimés à 200.000 contrôleurs". "Avec ces effectifs, il est quasiment impossible de contrôler chacun des  3.250.000 commerçants en activité à travers le pays", a-t-il jugé. Le ministre a, par ailleurs, indiqué que lors d’une récente réunion avec  l’Association de défense des consommateurs, "des cas de stockage des  viandes blanches par des spéculateurs lui ont été signalés et ce, dans la  perspective du mois du ramadhan au cours duquel une forte demande sur ce  produit est traditionnellement enregistrée". Concernant les viandes rouges, il a assuré qu'"aucun cas de fièvre  aphteuse n’a été signalé dans les wilayas d’El Bayadh, Nâama, Laghouat et  Khenchela, qui disposent à elles-seules d’un cheptel de 27 millions de  têtes ovines". "La consommation de la viande rouge ne pose aucun problème", a affirmé M.  Tebboune.

Prochaine réunion du CPE consacrée au partenariat dans le secteur agricole 

Une réunion du Conseil des participations de  l’Etat (CPE) se tiendra, jeudi prochain, pour examiner la question de la  consolidation du partenariat dans le secteur agricole, a annoncé, à Oran, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. En marge de la cérémonie d’inauguration d’une ferme-pilote agricole  implantée dans la commune d’Oued Tlelat, M. Sellal a précisé que cette  réunion sera axée sur le partenariat public/privé (PPP) dans ce secteur.  A ce titre, il a soulignée la nécessité d’encourager les investissements  public/privé et privé/privé pour le lancement de grands périmètres  agricoles. "Nous allons également débattre des possibilités d’élargir les périmètres  de production agricole", a déclaré le Premier ministre, tout en réaffirmant  que les terres agricoles relèveront toujours du domaine de l’Etat, alors  que leur exploitation sera confiée au privé. Par ailleurs, M. Sellal a insisté sur l’utilisation des technologies et  des équipements modernes pour améliorer la production.  "Notre bataille sera celle de la production et de la productivité", a-t-il  insisté, tout en appelant à augmenter la productivité. "Nous ne pouvons pas nous contenter d’une production de 25 quintaux par  hectare alors qu’on peut aisément atteindre les 40 voire 50 quintaux par  hectare", a fait remarquer le Premier ministre, tout en rappelant que dans  la région du sud du pays la production varie entre 70 et 80 quintaux par  hectare.

APS