Le ministre de l'Energie, Noureddine Bouterfa, a  affirmé à Koléa (wilaya de Tipaza) que l'Algérie "n'a pas besoin à  l'heure actuelle du gaz de schiste", précisant que l'avenir était aux  énergies renouvelables.

Répondant à une question de l'APS lors d'une conférence animée à l'Ecole  des hautes études commerciales sur le programme national des énergies  renouvelables, M. Bouterfa a précisé que l'Algérie "n'a pas besoin à court  terme d'exploiter ses réserves en gaz de schiste du fait qu'elle possède  d'autres ressources naturelles, notamment le gaz". Il a indiqué dans ce sens que le secteur de l'énergie connaissait des  mutations accélérées dans les technologies et les techniques utilisées dans  la production des énergies, notamment les énergies renouvelables. Selon le premier responsable du secteur, les études accélérées dans ce  domaine peuvent entraîner un changement du mode énergétique en Algérie à  l'horizon 2050. Répondant à ceux qui considèrent que les produits énergétiques n'ont pas  d'avenir à horizon 2050, M. Bouterfa a rappelé que la stratégie de Algérie  tendait à s'adapter à toutes les situations selon les études scientifiques  et les exigences des marchés mondiaux. Il  a ajouté à ce propos que les techniques utilisées dans l'exploitation  du gaz de schiste aux Etats unis, leader en la matière, ont changé en deux  ans, faisant remarquer que cette exploitation obéissait à un arsenal  juridique et règlementations en vue de la protection de l'environnement. L'Algérie possède tous les moyens lui permettant d'être un Etat "pivot"  dans les énergies renouvelables, a soutenu le ministre qui a rappelé la  réalisation en cours de 22 centrales d'énergies renouvelables à travers le  territoire national. Le programme national des énergies renouvelables vise à l'horizon  2030-2035 la production de 22.000 MW d'énergies renouvelables, soit 27 % du  taux d'intégration dans le réseau électrique, a-t-il encore rappelé.  Ce programme permettra d'économiser 300 milliards de mètres cubes de gaz à  même de préserver la réserve de l'Algérie en cette matière, a-t-il ajouté. Le programme vise à l'horizon 2050 à relier les centrales solaires photovoltaïques installées au sud notamment celles d'Adrar aux centrales du  nord. Cet enjeu sera relevé avec la participation de chercheurs, de  savants, d'industriels et d'investisseurs algériens, a-t-il souligné. M. Bouterfa a fait état d'un désintérêt de la part des investisseurs  algériens pour la réalisation de centrales électriques soulignant que le  développement durable nécessitait la maîtrise des technologies. Concernant le renouvellement des contrats gaziers de l'Algérie avec  les pays européens jusqu'à 2020-2021, le ministre a indiqué que "cette  affaire est liée à des motifs purement commerciaux relatifs aux cours du  gaz sur le marché mondial".

APS