Imprimer
Catégorie : Regions

Le ministre de l’Industrie et des Mines,  Abdeslem Bouchouareb, a affirmé à Constantine que le foncier  industriel "ne constitue plus une entrave pour l’investissement à  Constantine".

"Avec la mobilisation de 1.100 hectares de foncier industriel, au titre de  l’opération de réalisation de quatre nouvelles zones industrielles, dont  deux seront opérationnelles le mois en cours et deux autres d’ici le mois  de septembre prochain, le problème du déficit en foncier industriel ne se  posera plus dans cette wilaya", a appuyé le ministre, au cours d’une visite  de travail. Il s’agit là "d’un acquis de première importance" qu’il faut rentabiliser  "absolument" à travers une bonne exploitation et gestion pour consolider  "Constantine dans sa position de pôle économique et industriel à l’échelle  nationale", a-t-il poursuivi. Dans ce contexte, le ministre a insisté sur l'urgence "d’améliorer le taux  d’intégration locale" des différentes unités industrielles, soulignant que  cette intégration constitue "une valeur ajoutée" pour ces unités et appuie  la compétitivité dans le domaine industriel. Au cours de sa visite dans la wilaya, M. Bouchouareb a inauguré dans la  matinée une usine de fabrication du ciment colle, implantée à la zone  industrielle Tarf, de la commune d’Ibn Badis, avant de visiter la société  de maintenance industrielle de l’Est du groupe GIKA, située à la zone  industrielle de la commune de Didouche Mourad.  Le ministre devra, dans l’après midi, présider une rencontre avec les  investisseurs et opérateurs économiques de la wilaya.

Réflexion autour de la création d’un cluster

Une réflexion autour de la création d’un  cluster pharmaceutique à Constantine est actuellement en cours, a indiqué  le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslem Bouchouareb. "L’Etat a déjà réalisé un cluster mécanique à Constantine et un autre  spécialisé dans l’industrie chimique à Oran, et l’objectif aujourd’hui est  de concrétiser dans la ville des ponts un cluster dans l’industrie des  médicaments", a affirmé le ministre, au cours de sa visite de travail  effectuée dans la wilaya. Constantine est devenue "un pôle d’industrie pharmaceutique d’où la  nécessité de développer d’avantage ce créneau à travers la réalisation d’un  cluster pour appuyer les efforts déployés dans la consolidation de cette  industrie", a-t-il estimé. "Le défi du gouvernement est de réduire la facture d’importation est  d’aller progressivement vers l’exportation", a rappelé M. Bouchouareb, lors  de son passage à l’usine de fabrication de médicaments, de statut privé,  située dans la zone industrielle de la commune d’Ibn Badis. Le ministre avait entamé sa visite à Constantine en inaugurant une usine  de fabrication de ciment colle, implantée dans la zone industrielle Tarf,  de la commune d’Ibn Badis avant de visiter la société de maintenance  industrielle de l’Est du groupe GIKA, située dans la zone industrielle de  la commune de Didouche Mourad. M. Bouchouareb présidera, dans l’après midi, une rencontre avec les  investisseurs et opérateurs économiques de la wilaya.

Faire de l’est du pays un couloir économique structurant dans la  transformation du phosphate  

Le gouvernement veut faire de la région  Est du pays de Tébessa jusqu’à Skikda en passant par Annaba et Souk-Ahras un couloir économique structurant dans le domaine de transformation du  phosphate, a indiqué à Constantine, le ministre de l’Industrie et  des mines, M. Abdeslem Bouchouareb. Intervenant lors d’une rencontre avec les investisseurs et opérateurs  économiques de Constantine, au terme, d’une visite de travail dans cette  wilaya, le ministre a indiqué que l’Algérie qui avance à pas sûrs vers la  concrétisation des défis lancés en matière de production de ciment, d’automobile, et de textile notamment, ) s’oriente désormais vers la rentabilisation de son potentiel minier pour donner lieu à l’émergence  d’industries structurées. Des accords de partenariat avec des investisseurs étrangers versés dans ce  type d’industrie lourd et important seront  prochainement signés a  annoncé le ministre sans donner plus de détails sur ce projet devant  permettre à la région Est du pays de devenir un hub minier régional aux  incidences nationales et continentales. L’Algérie dispose d’importants potentiels à valoriser, a estimé M. Bouchouareb qui a insisté sur l’urgence de synchroniser les actions pour  qu’elles arrivent en même temps et puissent être rentables et substituer  aux hydrocarbures et aux importations. Dans ce sens, le ministre qui a annoncé la mise en service imminente du  complexe sidérurgique de Jijel et de l’usine de textile de Relizane a mis  l’accent sur l’importance de développer le créneau de la sous-traitance  pour réduire le coût des importations liées aux services. La plus grande dépense en matière de devise pour l’Algérie est liée aux  services (11 milliards de dollars pour les services) d’où l’urgence de  favoriser la sous-traitance pour diminuer cette dépense, a soutenu M.  Bouchouareb. Il a dans ce contexte cité ‘exemple de la Société de  maintenance de l’Est relevant du groupe industriel des ciments qui ne  cessent de faire augmenter le taux d’intégration locale en matière de  production du ciment. A ce sujet le ministre a indiqué qu’un système d’évaluation annuelle  relatif à l’évolution du taux d’intégration dans les entreprises  algériennes sera bientôt mis en oeuvre pour permettre un meilleur suivi  de ce processus qui constitue l’aboutissement des efforts consentis par  l’Etat en matière de développement économique et industriel. Le ministre qui s’est rendu au complexe SAIDAL de fabrication de  l’insuline et qui a fait l’objet depuis quatre ans d’un vaste programme de  mise à niveau en collaboration avec le laboratoire international Novo  Nordis, a affirmé que 60% de la production de ce complexe seront orientés  vers l’exportation. Ce complexe mis actuellement en production expérimental devra produire 2  millions et demi par an de flacons de 10.000ml d’insuline qui seront  commercialisés au nom de novo nordis et fabriqué par SAIDAL.

Un excédent de production de ciment sera enregistré d’ici la fin de l'année 

Un excédent de production de ciment sera  enregistré d’ici la fin de l'année en cours, a affirmé à Constantine  le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslem Bouchouareb. La production du ciment "atteindra 30 millions de tonnes à la fin de  l’année en cours" à la faveur de multiples investissements entrés en  exploitation, a indiqué le ministre, soulignant que "l’Algérie enregistre  aujourd’hui une autosuffisance en matière de production de ciment". M. Bouchouareb a précisé que les perturbations signalées dans le marché du  ciment "étaient dues à la spéculation", affirmant que l’Etat est déterminé  à sévir contre tous ceux qui portent atteinte à l’économie nationale. Le ministre de l’Industrie et des Mines a annoncé la mise en service de  deux nouvelles cimenteries implantées à Adrar et à Biskra en avril en  cours.

APS