Imprimer
Catégorie : Regions

L'Institut allemand "Goethe-Institut" ouvrira, en  septembre prochaine, une annexe, au nouveau site de l’Institut des langues  étrangères, dans la localité de Belgaïd, a-t-on appris à Oran, de source universitaire. Selon le vice-recteur chargé de la post-graduation, de la recherche  scientifique et des relations extérieures de la Faculté des langues  étrangères de l’université Oran 2, cette annexe aura pour missions la  formation des formateurs et celle des étudiants, outre l’organisation de cycles de formation au profit des entreprises économiques.

Abdelhak Abderrahmane Bensebia a indiqué à l’APS, en marge des travaux d’un colloque international sur le thème "Langues, employabilité et enseignement supérieur", que cette initiative vise la promotion des  activités culturelles et la mobilité des étudiants, universitaires et  experts des deux pays dans différents domaines. Selon le même interlocuteur, la directrice du "Goethe-Institut d’Alger",  Rita Zakser Toussaint, s’est engagée à mettre également en place une  bibliothèque numérique, accessible à tous les étudiants de l’université  oranaise. De son côté, le doyen de la Faculté des langues étrangères de la même  université, le Pr Seddiki Aoussine a annoncé le lancement prochain d’un  projet de recherche européen pour le développement des langues, faisant  partie du programme "Eramsus".  L'objectif du projet est d’adapter les contenus et les formations en  fonction des besoins exprimés par les entreprises, a-t-il expliqué. Au deuxième jour de cette rencontre, les participants ont insisté sur  l’impératif d’assurer une formation de qualité en matière de langues de  spécialité au profit des étudiants. C’est une valeur ajoutée pour le pays et pour la ville d’Oran qui abritera  d’importants rendez-vous internationaux, dont celui des Jeux méditerranéens  de 2021, a fait observer une enseignante de l’Université de Mascara, Dr  Lynda Kazi Tani, qui a mis en avant l’importance de la maîtrise des langues  étrangères pour la conquête des nouveaux marchés. Les débats ont porté notamment sur les exigences linguistiques dans le  cadre du marché du travail, mais aussi des attentes des jeunes diplômés, au  regard de l’ouverture de plus en plus accrue de l’Algérie aux entreprises  étrangères et aux échanges techniques et commerciaux avec le reste du monde.

Plus de 140 entreprises ont adhéré à la bourse des déchets industriels de  l’AND

Plus de 140 entreprises industrielles publiques  et privées opérant à l’échelle nationale ont adhéré à la bourse des déchets  industriels, créée par l’Agence nationale des déchets, a-t-on appris, à Oran, du directeur général de cet organisme. En marge de l’ouverture du 1er Salon international de recyclage et du  traitement des déchets, au Centre des conventions d’Oran, Karim Ouamane a  souligné que la bourse des déchets industriels a attiré plus de 140  entreprises publiques et privées depuis son lancement en juin 2015,  signalant que cette initiative visant à valoriser des déchets est en  progression constante du fait que les opérateurs ont pris conscience de ses  avantages. La bourse des déchets industriels est une plateforme électronique visant à  établir des liens entre les industriels intéressés par la valorisation des  déchets industriels, a-t-on expliqué. Par ailleurs, l’AND a lancé, dernièrement, un avis d’appel d’offres  national pour le choix d’un opérateur devant prendre en charge l’opération  d’éradication de l’ancienne décharge publique d’El Kerma, dans la wilaya  d’Oran. Cette opération permettra de réhabiliter la décharge et sa reconversion en  un parc urbain, en application aux instructions du ministère de tutelle, a  ajouté Karim. Il est à noter que l’ancienne décharge publique d’El Kerma, s’étendant sur  une surface de 85 has, a été fermée après l’entrée en service du Centre d’enfouissement technique des déchets ménagers de Hassi Bounif (Est  d’Oran), il y a trois ans.

Le tri sélectif des déchets est lancé au niveau des cités militaires  implantées

Le tri sélectif des déchets est lancé au niveau de  51 cités militaires en vertu d’une convention signée entre la wilaya d’Oran  et les autorités militaires locales, a-t-on appris de la Directrice de  l’Epic Centre d’enfouissement technique (CET) Oran. En marge de la 1ère édition du Salon international du recyclage et  traitement des déchets (Recycling EXPO), inauguré, lundi, au Centre des  conventions d’Oran (CCO), Mme Dalila Chellal a indiqué à l’APS que  l’opération de dotation d’une partie de ces cités en bacs pour la collecte  des déchets recyclables a démarré le 13 mars 2017. Une dizaine de ces cités, déjà dotées de ces bacs ont déjà commencé à  faire le tri sélectif, a-t-elle précisé, ajoutant que programme tracé  prévoit d’équiper 16 cités dans un premier lieu, et puis continuer à  impliquer progressivement le restant des 51 cités. L’expérience dans les 10 premières cités est plus que concluante s’est  réjouit Mme Chellal, expliquant que la réussite de l’expérience, avec une  collecte répondant aux normes internationales, s’explique par la présence  des régisseurs et de gardiens d’immeubles, qui chapeautent les opérations  de collecte. Ces agents jouent un rôle très important car, ils veillent sur les bacs et  sur la nature des déchets que l’on jette dedans, a-t-elle précisé,  estimant que si estimé ajoutant si on veut optimiser le tri sélectif, il  est indispensable d’impliquer les communes qui doivent créer des postes de  concierges et de gardiens d’immeubles dans chaque cité. Dans ce contexte, elle a considéré que le tri sélectif a moins de chance  pour réussir dans les quartiers qui ne sont pas structurés car, les bacs à  ordures font l’objet de vol ou de destruction et les déchets de toutes  sortes sont mélangés et jetés anarchiquement dans ces bacs sans aucun tri. Pour rappel, l’Epic CET Oran est déjà conventionnée avec 40 établissements  scolaires à Oran et El Kerma, deux établissements de l’enseignement  supérieur (Université de Belgaïd et l’Institut des langues étrangères), les  deux ports d’Oran et plusieurs autres administrations pour la récupération  de leurs déchets recyclables. La même entreprise, compte élargir son partenariat en impliquant,  prochainement, trente établissements scolaires relevant de la daïra  d’Es-Senia.

APS