La quatrième (4ème) phase du schéma directeur  d’aménagement touristique (SDAT) de la wilaya d’Oran horizon 2030 a été  approuvée, a-t-on appris auprès de la direction locale du tourisme et  de l’artisanat.

Le programme relatif aux actions à mener en matière de développement a été  exposé dernièrement, au siège de la wilaya d’Oran, par les experts du  Centre national d’études et d’analyse pour la population et le  développement (CENEAP) auquel ont été confiées les études d’aménagement, d’appui et de soutien du SDAT de la wilaya pour l'horizon 2030, a indiqué à  l'APS le chef de service contrôle et du suivi des activités touristiques,  Mourad Boudjenane. La cinquième phase, la dernière, sera, a-t-il dit, celle de la mise en  oeuvre, du suivi et de l’évaluation du SDAT, avant de rappeler la stratégie  proposée durant la troisième phase visant un certain nombre de conditions  préalables pour les actions d’aménagement dont la dynamisation de  l’investissement touristique au niveau de la wilaya et la mise en place d’un dispositif d’aide et d’accompagnement des porteurs de projets  touristiques. La directrice des études du CENEAP, Naïma Fichouche, a indiqué, pour sa  part, l’importance de la mobilisation du foncier touristique, compte tenu  des contraintes qui font obstacle au développement du tourisme, nonobstant  l’assainissement des zones d’extension touristique et la création de  nouvelles zones d’extension touristiques pour la constitution de nouvelles  assiettes pour asseoir les projets. D'autres actions d’aménagement, a-t-elle annoncé, sont à mener, dont la  mise à niveau du complexe touristique "Les Andalouses" (Aïn El Turck), la  montée en gamme des structures d’hébergement pour faire d’Oran une  destination touristique de choix à même de renforcer son statut en devenir  de métropole, la création d’un comité touristique du littoral, ainsi que l’aménagement des sites de Madagh (1) et de Madagh (2), de Cap Blanc, de  Cap Falcon et de Kristel.

Lancement de la formation maîtres-apprentis en boulangerie

Une formation d'une vingtaine de  maîtres-apprentis en boulangerie a été lancée à Oran dans le cadre  d’une convention entre le Club des artisans boulangers d’Oran (CABO) et la  direction locale de la formation professionnelle, a-t-on appris de ses  initiateurs.

Cette formation, d’une durée de six semaines, sera sanctionnée par un  diplôme certifié par le ministère de la Formation et de l'Enseignement  professionnels, reconnu sur le plan national et international car, la  formation sera disposée selon un concept développé par l’Agence de  coopération allemande GIZ, a expliqué le président du CABO, Fouzi Baïche. C'est une formatrice du GIZ qui va encadrer ce groupe de  maîtres-apprentis, a expliqué le même responsable, ajoutant qu’il s’agit  d’un premier groupe et que d’autres enseignants des CFPA spécialisés en  boulangerie, en pâtisserie et en gâteaux traditionnels peuvent postuler  pour bénéficier de cette formation. Plusieurs formations ont été programmées en vertu de la convention entre  le CABO et la direction de la formation professionnelle au profit des  artisans, notamment les boulangers, a indiqué Fouzi Baiche, tout en notant  que le métier de boulanger est en voie de disparition à Oran et que le CABO  multiplie les efforts pour relancer et maintenir cette activité.  De nombreux boulangers ont fermé boutique au cours de l’année 2016  renonçant ainsi à ce métier pénible devenu peu lucratif, a-t-il ajouté. Le même responsable a estimé que les achats groupés et les facilitations  accordées pour l’acquisition du matériel, initiés dans le cadre de  convention signé entre le CABO et des partenaires économiques (minoteries,  fournisseurs de four, entre autres) sont des formes de soutien, mais qui  restent "insuffisantes pour maintenir les artisans dans le métier".

APS