Les participants au 2ème colloque national sur  la biodiversité clôturé au palais de la culture de Skikda ont  recommandé la création d’une banque de données sur la biodiversité en  Algérie.

"Pareille banque de données constitue désormais une nécessité  particulièrement au regard du déficit en communication entre l’université  et l’administration", a relevé Mme Samira Berriche, directrice de  l’environnement de la wilaya de Skikda qui a noté que les multiples études  réalisées par les chercheurs "demeurent prisonnières des terroirs et ne  sont pas connues encore moins exploitées par les administrations  compétentes". La même responsable a assuré qu’une banque de données sera constituée sur  la zone humide Guerbès-Sanhaja en raison des multiples études  universitaires réalisées à son sujet et qui, a-t-elle assuré, seront  rassemblées "avant décembre prochain" outre l’organisation d’ateliers sur  cette zone humide située dans la commune de Benazouz ainsi que sur la  région densément boisée de Collo. Cette rencontre de deux jours a également recommandé la mise en place d’un  réseau interuniversitaire d’échanges sur la biodiversité ouvert aux  étudiants et enseignants universitaires et la poursuite des efforts pour  faire du complexe Guerbès-Sanhaja et des forêts de Collo des réserves  protégées de la biodiversité. Une sortie vers la zone de Guerbès-Sanhaja a permis aux participants au  colloque de découvrir le lac Hadj Tahar qui héberge plus de 3.000 oiseaux  migrateurs d’espèces différentes. Initiée par la direction de l’environnement de Skikda et l’association  nationale algérienne d’ornithologie, cette rencontre a réuni des experts  des différentes universités et laboratoires de recherche.

APS