Une production de prés de 42.000 quintaux de raisin de table précoce et "Bio" est attendue dans la wilaya de Ghardaïa pour la campagne de vendange 2017, entamée lundi, a appris l’APS auprès de la direction locale des services agricoles (DSA).

Les vignerons ont commencé à vendanger dans les vignobles enserrés dans un  paysage désertique entre les localités de Mansourah et Hassi-Lefhal, et  entre Hassi-Ghanem et El-Menea sur l’axe de la RN-1 (Sud de la wilaya), où  plus de 360 hectares de vignobles ont été plantés par une vingtaine de  viticulteurs. Selon le responsable des statistiques de la DSA, Khaled Djebrit, la région  sud de Ghardaia dispose d'énormes potentialités lui permettant d'être une  destination privilégiée pour les investisseurs désireux de lancer des  projets dans le secteur agro-industriel, particulièrement la viticulture. Dans cette région, une superficie de 360 hectares dédiée à la production  de raisin de table précoce "bio" de différentes variétés commence à donner  ses fruits. Les variétés qui se comportent fort bien dans ces zones désertiques de la  wilaya sont Cardinal, Isabelle, le gros noir et rouge, a fait savoir  M.Djebrit, ajoutant que ces variétés sont prospères dans la région comme en  témoigne leur fructification. "La vigne occupe une place de choix dans le système agraire oasien comme  en témoignent les différentes vignes plantées dans les courettes des  maisons ou dans les palmeraies de la wilaya de Ghardaia, pour  l’autoconsommation, a relevé le même responsable. "L'état sanitaire des raisins est parfait, et nous n’avons pas connu de  grande chaleur cette année ce qui a permis une maturité lente de la  production", a souligne, de son côté, Khaled Bahaz, qui dirige avec ses  frères un périmètre agricole à Hassi-Lefhal. Après la floraison, il y a eu une bonne période de températures clémentes  ou des nuits fraîches couplées à de belles journées ensoleillées, ce qui a  permis la maturation du raisin et augure d’une très bonne récolte, a  indiqué M.Bahaz.

Les vendanges se présentent sous de meilleurs auspices cette  année

Après des années 2015 et 2016 catastrophiques, marquées par la canicule  qui avait presque réduit d’un tiers la récolte de raisin, les producteurs  peuvent désormais espérer une récolte normale, estime, pour sa part, Karim,  un agriculteur de la région d’El-Menea. La production de raisin de table est en nette progression dans la région.  Elle est passée de 100 quintaux à l’hectare en 2005 à plus de 150 Qx/ha en  2013, pour atteindre les 180 Qx/ha en 2016, à la faveur d’un microclimat  favorable à la productivité, l’existence d’un potentiel hydrique important  et de qualité ainsi que d’un sol approprié pour cette activité, estiment  les responsables de la DSA. Les vignobles du sud de Ghardaia donnent de grandes grappes fournies de raisin de table de qualité supérieure, affirme Ammi Hadj Cheikh,  agriculteur à El-Menea qui n’a pas cessé de vanter les vertus du raisin d’El-Menea, fruit précoce bio, très apprécie pour son goût gustatif et  sa saveur. La filière viticole, au même titre d’ailleurs que l’oléiculture, la  phoeniciculture ou la céréaliculture, participe amplement au développement  de la région de Ghardaia et offre une source de revenus importante pour les  producteurs, ainsi que des emplois pour les jeunes de la région. Cependant, de nombreux exploitants agriculteurs se plaignent d’un certain  nombre d’obstacles qui entravent le développement de la filière viticole,  citant la rareté de la main d’oeuvre agricole locale pour les vendanges et  les cueillettes d’autres fruits arboricoles, ainsi que la faiblesse du  niveau technique des agriculteurs. Ils suggèrent la mise en place des cycles de formation spécialisée pour  les agriculteurs et l’incitation des jeunes à travailler la terre.

APS