La réforme prévue dans le cadre du Programme d’appui à la diversification de l’économie en Algérie-pêche et aquaculture  (DIVECO2) prévoit l’adaptation de la formation dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture aux spécificités de chaque région,

a souligné le  directeur de l’Institut des techniques de pêche et d’aquaculture d’Oran  (ITPA). En marge d’un atelier d’étude d’ingénierie pédagogique dans les métiers de  la mer et de l'aquaculture, organisé les 19 et 20 juin courant par les  experts de DIVECO 2 au niveau de l’institut, M. Houari Kouicem a indiqué à  l'APS qu’il est question d’adapter la formation dans les instituts et  écoles de pêche aux spécificités de chaque région. "Chaque région du pays a ses particularités qu’on doit prendre en compte",  a-t-il expliqué, citant l’exemple d’Oran, qui connait une avancée dans le domaine de l’aquaculture, et Relizane dont la pêche continentale est très  développée. Des enseignants de différents établissement de formation, venus d'Alger,  de Cherchel, de Beni Saf et d'Oran, ainsi que les responsables locaux du  secteur de la pêche, dont le directeur de la pêche et le président de la  chambre de la pêche, ont participé à cet atelier organisé pour discuter des  améliorations à apporter dans le cadre de la réforme de l’appareil de  formation dans le cadre du DIVECO2. Pour sa part, Mohamed  Haouchine, expert DIVECO2 en biologie marine, a  indiqué qu’un état des lieux a été fait s’agissant de la formation,  ajoutant que la mise en oeuvre des réformes préconisées se fera à partir de  2018. DIVECO 2 est un programme financé par l’Union européenne (UE) à hauteur de  15 millions d’euros et mis en oeuvre par le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la pêche. L’objectif de l’Algérie, via le Plan  national de développement de la pêche et de l'aquaculture (Aquapèche 2020)  et de Diveco2, est d’atteindre une production aquacole de 100.000 tonnes de  poissons par an, contre 5.000 tonnes actuellement. Le renforcement de la pêche artisanale, le lancement du pesca- tourisme, la  mise en place d’un Système d’information, sont, entre autres, des axes à  concrétiser dans ce cadre, rappelle-t-on.

APS