La réception et la mise en exploitation du  périmètre irrigué de Teleghma dans la wilaya de Mila  seront effectives  "d'ici à la fin de septembre prochain, comme dernier délai"  a annoncé, le chef de l'exécutif local Ahmed- Zineddine Ahmouda, lors d'une  visite consacrée au projet d'aménagement de ce périmètre.

Le même responsable, soulignant que le délai avancé ''répond au  préoccupations des agriculteurs'' a indiqué que les efforts doivent d’être  consentis par l’ensemble des instances concernées dont l’office national  d’irrigation et de drainage (ONID), l’agence nationale des barrages et  transferts (ANBT) et les services des ressources en eaux et agricoles pour  l’exploitation de cet important périmètre qui permettra la diversification  des productions agricoles, l'augmentation du rendement de la production  agricole tout en garantissant la valeur ajoutée. Irrigué depuis les eaux du barrage de Beni Haroun, le périmètre de  Teleghma dont les travaux de réalisation ont été lancés en août 2010,  permet l’irrigation de 4.447 hectares, répartis entre les communes d’Oued  Athmania et Oued Seguin (1.142 ha) et les zones de Teleghma et El Mechira  (3.305 ha). La zone de Teleghma se distingue actuellement par la culture de plusieurs  produits agricoles dont l’ail, la pomme de terre et les carottes et ces  filières font face au problème de déficit en matière d'eau d’irrigation ce  qui contraint les agriculteurs à recourir à une utilisation excessive des  eaux souterraines à travers le creusement des puits d’une manière  anarchique, selon les services concernés. Le nombre de producteurs agricoles ayant formuler auprès l’ONID, des  demandes pour bénéficier des eaux du barrage de Beni Haroun, à travers le  périmètre irrigué de Teleghma s’élève à 230 agriculteurs dont 77 de le  lot qui concerne les communes d’Oued Athmania et Oued Seguin et  157 dans  le lot couvrant les localités de Teleghma et El Mechira, selon les  responsables de l’ONID. L’exploitation du périmètre irrigué de Teleghma est liée à la prochaine  exploitation de la station de pompage d’Oued Seguin, un équipement capital  dans le système de transfert des eaux depuis le barrage de Beni Haroun vers  les wilayas d’Oum El Bouaghi, de Batna et de Khenchela, a-t-on encore  détaillé soulignant que ce transfert assure l’approvisionnement en eau  potable de plusieurs villes en plus de l’irrigation de 40.000 hectares de terres agricoles.

APS